Accueil » Politique » Après les émeutes contre le délestage, les législatives… Pépère, le pire est à craindre!

Après les émeutes contre le délestage, les législatives… Pépère, le pire est à craindre!

Le régime Alpha Condé risque de suer à grosses gouttes aux législatives de septembre prochain. Les signes annonciateurs d’un revers électoral se dessinent sous nos yeux. Ses anciens supporters ont changé de camp. Les rares qui restent dans les rangs du Rpg-arc-en-ciel sont déçus du bilan global de la gouvernance Alpha Condé (même s’ils ne l’expriment pas ouvertement).

L’autre signe, le voici: malgré la forte pluviométrie de juillet et celle de ce mois d’août qui devraient apporter une quantité d’eau suffisante à faire tourner le barrage hydro-électrique de Garafiri, le phénomène de délestage d’électricité pratiqué par EDG à Conakry a provoqué de violentes émeutes, jusque dans les quartiers de Gbessia et Tombolia jadis acquis au régime Rpg-arc-en-ciel.

Ces émeutes ont fait au moins 8 blessés dans les rangs des manifestants sortis dans les communes (Dixinn, Ratoma, Matam et Matoto) excepté Kaloum qui reste pour le moment la seule commune à être à l’abri des délestages pouvant durer une voire deux semaines.

Où trouver de solution alternative?

Malheureusement pour le régime, la solution alternative à la fourniture d’électricité a été réduite en un gouffre financier. Tenez! La centrale thermique de Tombo est en passe de devenir une véritable poubelle pour groupes devant produire de l’électricité.

Du haut d’un  fauteuil moelleux du palais  présidentiel, nos oreilles prolongées ont perçu l’autre jour des dires (…) qui émeuvent. Comme cette affaire de groupes négociés avec des entreprises basées au Brésil et ayant des partenaires tant au Nigeria qu’en Corée du Sud, alors que le projet n’avait jamais fait l’objet d’un Appel d’offres pendant la coordination qu’assurait M. Abdoulaye Keita. Un cadre qui se définit comme un militant du parti au pouvoir, mais dont la gestion reste une équation à plusieurs inconnues qui se pose au régime Alpha.

M. Keita est en effet accusé d’avoir pratiqué l’exclusion basée sur l’origine ethnique et la sensibilité politique contre des employés d’EDG pendant son administration. Il lui est aussi reproché plusieurs dissimulations de fonds publics.

Des spécialistes évoquent un montant faramineux de 1080 milliards de FG soustrait des avoirs d’EDG ou qu’il se serait approprié de façon indue  en complicité avec des pontes du parti au pouvoir et des membres influents du palais présidentiel. Toutefois, si ces allégations restent à prouver dans un audit ou un procès en bonne et due forme, il reste évident que pour une large majorité de l’opinion publique guinéenne, M. Keita passe pour le présumé auteur principal, sinon complice numéro 1 de l’échec du projet de société du parti au pouvoir dans le domaine de l’amélioration de la desserte en électricité pour la ville de Conakry.

A l’installation d’Alpha Condé au pouvoir le 21 décembre 2010, il avait caressé le rêve de fournir l’eau courante et l’électricité à la grande satisfaction des habitants de la capitale. Hélas! De par sa préférence au grain de mauvais résultat comme l’ancien coordonnateur d’EDG (et d’autres comme Moussa Keita de la Sotelgui), ses choix se sont révélés plus improductifs et plus nocifs à l’administration publique guinéenne. Lui, le «professeur» comme il s’appelle, les bénéficiaires de son décret volent, pillent les biens publics, mentent éhontément et narguent les populations en toute impunité.

Du jamais vu en Guinée! Cette politique du laisser-aller et du laisser-faire exaspère même les militants de son parti. Anecdote. L’autre semaine, il avait débarqué au siège du RPG-arc-en-ciel flanqué d’un garde du corps armé jusqu’aux dents. A sa descente de son véhicule de commandement rutilant neuf, beaucoup de Rpégistes bon teint préoccupés par l’absence de rapport d’audit sur sa gestion ont quitté les lieux. Ils estimaient que s’il n’est pas blanchi par la justice, il ne peut qu’apporter la poisse à leur formation politique qu’il fréquente à un moment où chaque parti politique se prépare à s’attirer l’estime et la faveur des électeurs.

Tibou Diaby (In Le Populaire, Hebdomadaire guinéen d’information générale N°364 du 12 août 2013)

 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info