Accueil » Société » Réforme du secteur de sécurité : le bilan à mi-parcours

Réforme du secteur de sécurité : le bilan à mi-parcours

La réforme des Forces de défense et de sécurité est une nécessité impérieuse pour la préservation de la quiétude sociale, de la paix et de la marche du développement démocratique de la Guinée.  C’est dans cette optique que les responsables du comité national de pilotage de la réforme du secteur de la sécurité ont organisé un déjeuner de presse, ce vendredi 23 août 2013 à Conakry. Objectif, procéder au lancement officiel lancer la consultation nationale en vue de l’élaboration de la politique nationale de défense et de sécurité et présenter les acquis de la reforme de ce secteur.

A l’entame le 2ème vice-président de la commission d’orientation stratégique et ministre délégué à la Défense nationale Me Abdoul Kabélé Camara a, dans son allocution de circonstance, fait un rappel historique des raisons de la réforme du secteur de la sécurité en Guinée. ‘’Les motifs de cette réforme sont essentiellement dus la mauvaise gouvernance du pays dans le passé, la dislocation des relations entre les populations et les forces de sécurité’’ a rappelé le ministre délégué.

Au nombre d’acquis de la réforme, Me Kabélé Camara indique qu’au jour d’aujourd’hui,  les nouvelles autorités ont signé le décret portant création du comité du pilotage, du comité de veille. Aussi, ajoute-il, la signature des textes légaux et réglementaires des cadres de l’armée, de la sécurité, la création de la justice militaire et des éco-gardes qui vient d’être créé depuis 1971. Nous avons réussi, poursuit-il, à démilitariser la ville de Conakry, élever  la gendarmerie en haut commandement de la gendarmerie et de la justice militaire dont les cadres sont en formation.

Toutes ces étapes, selon le ministre délégué à la défense,  ont été faites sur fonds propres de la Guinée. A l’en croire,  tous les 4000 militaires mis à la retraite en 2012 ont eu droit à l’indemnisation totale.

En outre, Me Kabélé Camara annonce que la mise en place du comité civilo-militaire a permis de créer un dialogue entre les deux entités les civils et militaires dont la confiance et la méfiance sont devenues de mise.

Pour lui, l’ouverture de l’école de police est l’un des acquis de ces réformes entamées depuis l’arrivée des nouvelles autorités. ‘’Dans quelques mois, un processus sera entamé à l’intérieur du pays pour connaitre avec exactitude les effectifs de la gendarmerie, de la police et de la douane’’ a déclaré le ministre délégué à la défense.

‘’C’est grâce à l’adhésion de l’armée que la réforme du secteur de sécurité est en train d’être un pari gagné par les autorités Guinéennes’’ estime  Dr Djéliman Kouyaté,  le président de la commission technique du comité national de pilotage de la réforme du secteur de la sécurité

La politique nationale de la défense s’appuiera donc sur les attentes des populations. Pour mener à bien la consultation pour l’élaboration de cette politique nationale de défense, les autorités Guinéennes ont contribué à hauteur de 63% du budget total du processus, selon Dr Kouyaté.  ‘’Les partenaires ont été appelés à contribuer pour 37%’’ conclut le président de la commission technique du comité national de pilotage de la réforme du secteur de la sécurité.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info