Accueil » Société » Reforme de la justice Guinéenne: l’UE mobilise 20 millions d’Euros

Reforme de la justice Guinéenne: l’UE mobilise 20 millions d’Euros

L’examen d’un projet relatif à la politique nationale de réforme de la Justice est au cœur d’un atelier ouvert mercredi dans un réceptif hôtelier de la place. Cet atelier intervient 72 heures après la mise en place du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Me Cheick Sako, ministre d’Etat en charge de la justice

Me Cheick Sako, ministre d’Etat en charge de la justice

La cérémonie d’ouverture de cet atelier a été présidée par le ministre d’Etat en charge de la justice, en présence du Chef de la délégation de l’Union européenne (UE) et de l’ambassadeur de France en Guinée.

A l’entame de la rencontre, Me Cheick Sako, ministre d’Etat en charge de la justice, a déclaré que la tenue de cet atelier répond à une préoccupation : celle de reconstruire la justice Guinéenne. Les thèmes de cet atelier tournent autour de la reforme de la justice avec les ONG et la société civile, la reforme et la valorisation des capacités individuelles, ainsi que la lutte contre l’impunité.

Dans le même ordre d’idées, l’ambassadeur de France en Guinée a souligné qu’il n’existe pas d’Etat de droit sans une véritable justice. Bertrand Cochery ajoute qu’il faut une justice équitable pour tous, une justice qui rassure les populations et surtout les investisseurs, insiste-t-il.

Les états généraux de la justice tenus en mars 2012 ont permis d’identifier les maux dont souffre la justice Guinéenne, a rappelé le Chef de délégation de l’UE. Phillipe Van Damme précise qu’avec l’appui de son institution, de la France, de l’Allemagne, des problèmes qui assaillent la justice ont été cartographiés, disséqués, mesurés et quantifiés. Selon le diplomate Européenne, la Guinée est à un tournant de son histoire. Sa justice se doit de relever les défis d’un monde en mouvement, garantissant l’Etat de droit, notamment de l’offre d’une vraie justice, aux demandes légitimes de la société Guinéenne. Pour lui, avec la mise en place du Conseil supérieur de la Magistrature, la maison de la justice commence enfin à sortir de terre.

Le Chef de la délégation de l’UE pense par ailleurs que la volonté de changement formulée par les acteurs de la justice que sont les magistrats, avocats, huissiers, greffiers, agents pénitentiaires, officiers de police et autre personnel devra se matérialiser par le renforcement des capacités et la valorisation des professionnels du secteur de la justice, mais aussi et surtout par leur volonté d’accepter les principes de respect de l’honneur et de la probité liés à leurs fonctions. C’est pourquoi, selon les dires de Philippe Van Damme, l’Union européenne (UE) a mobilisé 20 millions d’Euros soit 180 milliards GNF pour financer sur les prochaines années, à travers le Programme d’appui à la reforme de la Justice, des activités de modernisation et de renforcement des ressources humaines de la justice.

Un projet, selon le diplomate Européen qui a pour ambition de contribuer à la construction d’une maison de justice solide, ainsi qu’à la mise en place d’institutions pérennes permettant de rapprocher la justice des justifiables et de sécuriser l’environnement des affaires.

Amadou Aliou BARRY, pour VisionGuinee.Info

00224 664 32 68 46

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info