Accueil » Société » Voici les raisons de l‘échec de la stratégie accélérée de lutte contre Ebola

Voici les raisons de l‘échec de la stratégie accélérée de lutte contre Ebola

Soixante jours et zéro Ebola, c’est le défi qu’entend relever la coordination nationale de lutte contre Ebola. Le docteur Sakoba Keita, patron de la structure chargée de la riposte contre le virus mortel a indiqué sur la Radio nationale que des dispositifs envisagés, depuis deux à trois mois, sont déjà en place.

Dr. Sakoba Keita

Dr. Sakoba Keita

En quelques mois, la Guinée est passé de 2 (un à Conakry et un autre à Guéckédou) à 5 centres en charge d’Ebola notamment à Coyah, à Macenta et Nzérékoré. Trois autres centres de transit ont été installés à Forécariah, Kérouané et Beyla, sans compter celui de transit communautaire de Kourémalé qui est déjà prêt.

Dans les prochaines semaines, l’objectif est d’avoir 15 centres en charge selon Sakoba Keita qui annonce que la capacité d’accueil aussi qui est aux alentours de 200 lits, passera à environ 700 lits.

Pour gagner le pari, il faudra maîtriser la gestion des contacts qui ont entrainé de nouvelles chaînes de contaminations dans d’autres préfectures et surtout réduire à zéro réticente des populations dans toutes les localités, a explicité le coordinateur national de lutte contre Ebola.

La dynamique que la coordination entend donner à la riposte contre le virus de la fièvre hémorragique à Ebola est différente de toutes les autres stratégies mises en place jusque-là. Pour le docteur Sakoba Keita, la plupart des populations guinéennes estiment que la maladie a trop duré. ‘’Chacun de nous a le désir d’en finir avec Ebola. Donc il fallait trouver des voies et moyens  pour que chacun puisse bouger’’, a-t-il souligné.

Sur l’échec de la stratégie accélérée de lutte contre  l’épidémie d’Ebola, il affirme que sa structure a été confrontée à un problème de mobilisation de ressources. ‘’Les centres de traitement sur lesquels on avait n’étaient pas totalement fini. La plupart n’ont été fonctionnels qu’à partir de mois de décembre. Ce qui a entrainé un certain nombre de glissement’’, estime Dr Sakoba Keita.

Les véhicules et autres moyens de locomotion, ainsi que les intrants commandés par la coordination nationale ne sont arrivés qu’en décembre.  ‘’Même les recrutements et les moyens financiers que nous devons disposer pour doubler ou tripler les effectifs par endroit, nous n’avions pas pu le faire parce que le décaissement a pris de temps.  Pour certaines annonces budgétaires, on a pu les avoir qu’après un mois et demi de la date’’, déplore le coordinateur national du lutte contre Ebola.

Notons que depuis sa déclaration l’année dernière, la Guinée a enregistré  2 743 cas dont 1730 décès et 912 guéris d’Ebola, selon les chiffres rendus publics par la coordination de riposte contre Ebola.

Mariam CISSE, pour VisisionGuinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info