Accueil » Société » Ouverture des classes : des parents d’élèves entre inquiétudes et désespoir

Ouverture des classes : des parents d’élèves entre inquiétudes et désespoir

L’ouverture des classes est prévue pour le lundi 19 janvier prochain sur l’ensemble du territoire national et pour tous les cycles d’enseignement. L’annonce a été faite mercredi soir par Ibrahima Kourouma, ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation.

elevesSur le terrain, certains observateurs s’interrogent sur les conditions d’une rentrée scolaire sécurisée contre le virus Ebola. D’autres n’hésitent pas à mettre en doute l’acheminement des kits pour éviter la propagation de la maladie, en milieu scolaire et universitaire.
Les parents d’élèves sont-ils suffisamment préparés pour une date jugée très proche ? Nous avons pris langue avec certains d’entre eux sur le terrain.

Ibrahim Diallo qui vit à Cosa, dans la haute banlieue de Conakry affirme que la date du 19 janvier est très proche. Ce père de famille se dit très inquiet : “Je n’ai pas encore acheté les fournitures pour mes enfants au nombre de  4. Comment vais-je me débrouiller pour payer leurs frais de scolarité à temps?” se demande notre interlocuteur.
Il ajoute que les autorités auraient annoncé la date officielle de la rentrée scolaire deux à trois semaines avant le jour. “Mais, attendre à moins de 5 jours de la rentrée et faire des communiqués. C’est inadmissible”, estime M. Diallo.

Pour Alhassane Sylla, un autre parent d’élève rencontré au centre-ville, l’ouverture des classes est conditionnée par l’éradication du virus mortel. Il dit ne pas être prêt à laisser ses enfants reprendre le chemin de l’école avant la maîtrise totale de la fièvre hémorragique à Ebola.  ‘’Les autorités ont-elle pensé à la gravité de cette maladie?’’ se lamente-t-il.

‘’Si un seul élève est contaminé dans un établissement d’enseignement, je ne le souhaite pas, ça sera catastrophique pour les autres qui fréquentent le même lieu’’, laisse entendre Alhassane Sylla, appelant les parents d’élèves à garder leurs enfants à domicile, le temps d’endiguer le virus Ebola, dit-il.
Un avis que ne partage pas Souleymane Kourouma. ‘’Les élèves sont restés trois mois à la maison sans étudier. Ils désapprennent au fil du temps’’, indique cet enseignant de profession qui félicite les autorités d’avoir pris des dispositions idoines pour faire de la réouverture des classes une réalité. ‘’Qui aurait pu imager qu’on allait pas faire une année blanche? Il est temps de retourner en classe, vu les autorités ont mis les bouchées doubles pour parer à toute propagation de l’épidémie d’Ebola dans les écoles’’

Djiwo BARRY, pour VisionGuinee.Info
Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info