Accueil » Société » Affaire faux visas angolais : la police déboutée… les 21 accusés libérés

Affaire faux visas angolais : la police déboutée… les 21 accusés libérés

Au nombre de 21, ces guinéens ont été interpelé à l’aéroport international de Conakry par le commissaire central de la police de l’air et des  frontières. Déférés au Tribunal de Mafanco pour trafic de visas, ces  voyageurs ont été purement et simplement relaxés par le Parquet qui a aussitôt ordonné la restitution des passeports aux prévenus.

Proces faux visas ‘’Mes clients ont été rétablis dans leur droit. Ils ont été victimes d’abus d’autorités de la part de la police de l’aéroport. Mais  justice vient d’être rendue’’, a déclaré à la presse l’avocat Maître Salifou Beavogui, après le verdict rendu le jeudi 29 janvier 2015.

Les 21 co-accusés ont été arrêtés dans la nuit du jeudi 22 janvier dernier  à l’aéroport de Conakry avec en possession des passeports guinéens contenant des visas en provenance de l’Angola, de l’Afrique du Sud, de Mozambique, de Guinée-Bissau, de la Côte d’ivoire.

L’avocat à la défense a soutenu jusqu’au bout que les visas sont authentiques. ‘’Ces visas sont vrais. Ils devaient les permettre de rentrer tranquillement en Angola. Nous avons été surpris de constater que nos clients ont été empêchés de prendre leur vol au motif que ces visas n’étaient pas conforme à la réglementation’’, fulmine Me Béavogui.

Il estime qu’un tort a été causé à ses clients qui n’ont pas pu s’envoler pour Luanda. Selon l’avocat, ‘’leur arrestation est motivée par le non paiement de 200 dollars à des responsables de police postés à l’aéroport de Conakry’’. Et comme aucun d’entre n’a accepté de s’acquitter de ce montant, ‘’un certain commissaire Yansané a juré d’user de son poids pour les empêcher de voyager au motif qu’ils ont de faux visas dans leurs passeports’’.

Le même soir 6 autres guinéens avaient reçu à s’embarquer pour l’Angola après avoir payé 200 dollars aux policiers de l’air et de la frontière. D’après Me Béavogui, l’échec de ce voyage a entraîné une perte de plus de 300 millions de francs guinéens avec ses clients. Reste à savoir si ces derniers poursuivront l’Etat pour réclamer des dommages et intérêts.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info