Ecobank
Tutorys
AGC
Senacip
Accueil » Politique » Violences à Labé : le film de l’événement comme si vous y étiez

Violences à Labé : le film de l’événement comme si vous y étiez

La tension était vive mardi à Labé au lendemain de marche pacifique de l’UFDG. Le parti de Cellou Dalein Diallo accuse des responsables de l’éducation de ‘’muter arbitrairement’’ des enseignants en fonction de  leur appartenance politique. Selon un bilan officiel, les heurts ont entraîné 24 blessés dans les rangs des agents de sécurité et 25 autres parmi les civils.

Le quartier Daka à Labé. Crédit photo: Sally Bilaly Sow

Le quartier Daka à Labé. Crédit photo: Sally Bilaly Sow

Pour la seule journée du lundi, 20 blessés, tous des civils, dont l’âge varient entre 14 et 50 ans ont été internés à l’hôpital régional de Labé.  Selon le docteur Kourouma, médecin-chef  de la chirurgie, un seul patient a été fauché par balle.

Au même moment, la Croix Rouge préfectorale de Labé traite au camp Elhadj Oumar Tall 25 agents des forces de l’ordre blessés dans les heurts entre manifestants et gendarmes.

Mardi matin, les militants et sympathisants de l’UFDG de Labé réunis au siège dudit parti ont décidé de reprendre leur manifestation pour exiger le départ de Mory  Sangaré et de Mamady Magassouba respectivement inspecteur régional  et directeur préfectoral de l’éducation de Labé.

Après concertations, ils ont pris d’assaut les rues mais pour une courte  durée. A quelques mètres  du siège de l’UFDG, les forces de l’ordre armées de matraques et de gaz lacrymogènes ont repoussé les manifestants qui ont vite replié dans le QG du parti. Dans plusieurs quartiers comme Daka, Mosquée, Kouroula, on a assisté à des échauffourées entre forces de l’ordre et manifestants une bonne partie de la journée.

Plusieurs dégâts matériels ont été enregistrés, rapporte notre correspondant local. Le secrétaire général du bureau fédéral de l’UFDG Elhadj Cellou Daka Diallo, contacté par VisionGuinée, confirme que trois motos appartenant à des citoyens ont été calcinés par les forces de l’ordre à Daka.

Plus tard dans la journée, des gendarmes ont pris d’assaut l’hôpital régional de Labé à la recherche de manifestants refugiés à l’intérieur, dit-on.  Médecins, infirmiers et malades ont été molestés. ‘’Ils insultaient tout le monde. Je leur ai dit qu’ils (les gendarmes) n’ont pas le droit de pénétrer dans l’enceinte de l’hôpital. Ils m’ont bastonné avant de rentrer dans les chambres des malades pour les molester. Même la surveillante de l’hôpital n’a pas été épargnée’’, témoigne l’un des médecins victimes de violences.

Du côté du gouvernement, on estime que ce sont des jeunes qui se ‘’livrent à des actes de violence et de vandalisme’’ sous couvert de ‘’manifestations contre des mutations de fonctionnaires prétendument arbitraires’’.

Ces séries de violences, selon Damantang Albert Camara, de dépassent largement et outrancièrement les revendications évoquées, estimant que des ‘’informations malveillantes et alarmistes sur le bilan de ces troubles sont volontairement véhiculées pour susciter une spirale de réactions et de représailles au sein des populations’’.

 ‘’Deux kiosques et deux véhicules ont été vandalisés et 33 arrestations ont été opérées par les forces de l’ordre’’, durant les deux jours de manifestation, d’après le gouvernement qui précise qu’’’aucun autre dommage n’a été constaté et aucune communauté n’a été spécifiquement visée par ces actes’’.

Damantang Albert Camara assure que ‘’les auteurs de fausses rumeurs tendant à susciter la violence sont actuellement recherchés pour être traduits devant les tribunaux’’.

Alpha Boubacar Diallo, en collaboration avec Sidy BAH

00224 628 32 85 65/sidy.bah@visionguinee.info




2 comments

  1. le pouvoir de conde ne fait que diviser les guineens

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info