Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Fodé Tass Sylla se fait rappeler à l’ordre par le docteur Sakoba Keita

Fodé Tass Sylla se fait rappeler à l’ordre par le docteur Sakoba Keita

Quand on sait que le silence est plus beau que ce qu’on veut dire, de grâce l’on se tait, dit-on souvent. Cette assertion semble être ignorée par le responsable de communication de riposte à Ebola qui, en moins de 4 minutes de communication, s’est fait corriger deux fois de suite par son coordonnateur, le docteur Sakoba Keita.

PENTAX DIGITAL CAMERAEn conférence de presse samedi 7 février à Conakry, Fodé Tabounna Sylla, dit Tass est tout à fait passé à côté de son sujet qu’il était pourtant censé maîtriser. Plus d’une heure d’échanges avec les professionnels des médias, la Coordination et les partenaires de la Guinée à la riposte contre l’épidémie avaient fini d’épuiser les questions à eux posées par les journalistes.

Mais, depuis son retranchement derrière les officiels, Fodé Tass a été désigné par le coordonnateur national de lutte contre Ebola pour dire ‘‘deux mots’’ avant de clore la conférence. Il n’en fallait pas. Car, le chargé de communication a défait tout ce qui était déjà fait par ses prédécesseurs, avant de tout mélanger. Mais avant, il se montre serein face à la résurgence de la maladie dans certaines préfectures du pays.

‘‘Juste une précision pour mes amis sur ce que mon coordinateur national vient de vous dire. Les gens se posent la question : est-ce que la stratégie Zéro Ebola en 60 jours n’est pas compromise, parce que les chiffres augmentent. A la Coordination nationale, nous nous attendions à cette augmentation des chiffres. Donc, on n’est pas paniqué. Il faut être là de dans pour le comprendre. Et moi, en tant que journaliste, je suis toujours auprès des sanitaires. Donc, je comprends parfaitement’’, introduit-il.

Et de poursuivre : ‘‘Je vous transmets que ces chiffres augmentent, parce que ce sont les vrais chiffres qui sortent. Les villages étaient fermés à Forécariah et à Lola. Avec la participation de toutes les forces vives : des députés, des ministres et des ressortissants, ces villages sont ouverts. Et nous trouvons que des malades étaient cachés. C’est pourquoi les chiffres augmentent’’.  Le dérapage commence quand le journaliste soutient : ‘‘Vous allez voir, puisque ces malades sont maintenant dans nos centres de traitement, que ces chiffres vont faire une chute vertigineuse, et très rapidement, surtout avec l’arrivée du Farvipavir  sur le marché’’.

Du ‘‘tohubohu’’ dans la salle. Puisque ces produits ne doivent pas se retrouver sur le marché pour leur vente éventuelle, plutôt ils sont destinés aux malades dans des centres de traitement.

Depuis son apparition en Guinée, Ebola a fait près de 2000 victimes. Mais ce chiffre non plus n’est connu du chargé de communication de l’instance de lutte contre l’épidémie. Cela s’explique par cet autre dérapage, quand il dit : ‘‘Il y a eu 1600 confirmés Ebola en Guinée. Mais, entendons-nous qu’il y a eu 987 personnes sorties guéries de nos centres de traitement. En employant toujours les chiffres de décès, il y a eu 1600 décès, mais également 1000 guéris. Là, il faut appuyer sur ces chiffres’’, insiste Fodé Tass sur du faux.

La réplique de son chef hiérarchique ne s’est pas fait attendre pour rectifier le tir et rappeler le communicateur à l’ordre. Mais avant, le docteur Sakoba intime aux journalistes de tolérer leur confrère dans sa dérive de communication. Mais hélas, c’est comme s’il cautionnait la pratique de s’aventurer sur une piste qu’on ne maîtrise pas.

‘‘Je crois que vous allez un peu tolérer votre collègue. Souvent, il part sur le terrain de l’épidémiologie. Mais là, ce n’est pas son domaine de compétence. Il faut qu’il me laisse parler des chiffres. Voila qu’il réduit même le nombre de décès, alors qu’en réalité, nous sommes à 1976 décès qu’on a déclarés. Comprenez son état’’, a lancé le coordonnateur national, concluant par la suite que le Farvipavir  ne sera pas sur le marché, mais ne sera disponible strictement dans les CTE qui sont déjà choisis. Comme pour dire que quand les experts placent, il n’y a plus rien à ajouter.


Mady Bangoura pour VisionGuinee.Info

00224 664 29 48 51/ mady.bangoura@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info