Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Assassinats non élucidés : le refrain qui accable le régime Alpha Condé

Assassinats non élucidés : le refrain qui accable le régime Alpha Condé

En Guinée, l’insécurité a toujours régné depuis l’indépendance, très souvent orchestrée même par les dirigeants des différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays. Ce qui se passe depuis 2010, est encore pire. Depuis cette date, les attaques ciblées contre les cadres sont de plus en plus enregistrées dans le pays.

DiaouneAu moins 5 cadres de l’administration sont assassinés soit dans leurs domiciles ou dans la rue pendant qu’ils rentraient chez eux. La première victime est le professeur de statistique à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC), Mamadou Alpha Diallo. Assassiné le 11 juin 2011 par un groupe des bandits devant les membres de sa famille à son domicile sis à Gomboya, dans la commune rurale de Manéah à Coyah.

Dans la nuit du 9 novembre 2012, l’ex-directrice nationale du Trésor public, Mme Aissatou Boiro et Paul Temple Cole, ingénieur informaticien à la société ETI SA, sont tués dans Ratoma à Conakry.

Dépassée par ces crimes odieux, la police commence à faire des arrestations. Un mois plus tard, elle présente deux présumés auteurs. Ceux-ci, nient toute implication dans cette affaire. Et depuis, la police ne cesse de présenter des présumés auteurs de ces assassinats.

Le samedi 30 novembre 2013, le commissaire divisionnaire de la police de Sonfonia, Pascal Bangoura est assassiné en face de l’université général Lansana Conté sur le côté droit en allant au carrefour Sonfonia gare. Les enquêtes ne donnent pas.

Faut-il rappeler que deux jours avant, Mohamed Ghussein, chargé de communication au ministère de l’Economie et des finances est tué à son domicile de La Minière, dans la commune de Dixinn.

Le temps d’une pause en 2014, voilà que l’an 2015 enregistre sa victime. L’ancien ministre de la Jeunesse

et des sports sous la transition, Thierno Aliou Diaouné est assassiné dans la soirée du vendredi 6 février 2015 aux environs de 21H à Kobaya Fossidè, dans Ratoma.

L’intrigue. Tous ces crimes commis dans l’intervalle de 4 ans ont plusieurs points communs: la circonstance, le temps et les armes utilisées. Ils sont tous commis à la tombée de la nuit même si c’est à des heures différentes. Les criminels ont tous été identifiés en treillis militaire et avec des armes de guerre (kalachnikov).

Tout le temps, des réchauffés! A chaque fois qu’un assassinat est perpétré, le refrain est le même: ‘’’Toutes les dispositions sont prises pour traquer les malfrats’’. Les mêmes décisions: ‘’La composition des patrouilles mixtes des services de sécurité’’. Après 4 ans, il est facile d’admettre que cela n’a rien servi.

Nouveau ministre de la Sécurité, nouveau crime !

Le président Alpha Condé a beau changer des ministres de la Sécurité depuis son accession au pouvoir, il ne parvient toujours pas à changer la donne. Les criminels surprennent et frappent toujours plus fort. Depuis 2010, quatre ministres se sont succédé à la tête du département de la Sécurité. Sous le règne de chacun d’eux, d’horribles crimes sont commis.

Face à la situation, la Société civile prévoit une marche silencieuse du Palais du peuple à la Primature ce jeudi 19 février.

Abdoul Malick Diallo

le Pop

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info