Accueil » Société » Massacre du 28 septembre : ‘’Dadis m’a dit…’’

Massacre du 28 septembre : ‘’Dadis m’a dit…’’

Dadis Camara sait désormais ce qu’on lui reproche dans le dossier du massacre du 28 septembre. Mercredi dernier à Ouagadougou, il a été entendu par deux magistrats guinéens pendant deux longues heures avant d’être inculpé.

dadis newDepuis Vienne, la capitale autrichienne, le conseiller politique de Dadis Camara suit de près l’évolution de la procédure judiciaire. Ce qui est sûr, affirme Ahmed Kourouma, ‘’Dadis Camara n’a jamais donné l’ordre aux militaires de tirer au stade du 28 septembre. C’est une certitude’’.

Selon lui, Dadis a été dépassé par les événements. ‘’Il me l’a dit en personne sinon je n’allais pas travailler avec lui’’.

Pour soutenir son argumentaire, M. Kourouma estime qu’à l’époque ‘’personne ne contrôlait l’armée. Ni le général Konaté, ni le président Dadis Camara’’.

Justifiant sa collaboration actuel avec l’ancien chef de la junte militaire devenu homme politique, Ahmed Kourouma assure qu’il n’est pas un fanatique. Au moment du massacre du 28 septembre, précise-t-il, ‘’je n’exerçais une fonction politique. Je suis un homme de conviction’’.

Boussourou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

9 comments

  1. MR AHMED KOUROUMA DAIS TA MENTIS
    1- IL SAIT QUE L’ARME N’AI PAS CONTRÔLÉ POURQUOI IL A INTERDIT LE MEETING S’IL ÉTAIT UN OFFICIER NORMAL IL DEVAIT AUTORISE POUR ÉVITÉ D’ÊTRE TRAHIS OU D’ÊTRE DÉBORDER PAR L’ÉVÉNEMENT
    2- DEMANDE A DADIS QUI A ORDONNE L’ENVOIES DES JEUNES DE LA FORET QUI ONT ÉTÉ INFILTRE DANS LA FOULE
    3-DADIS N’A T’IL PAS DIT QUE SES PAS LUI QUI A TUE QUE SES L’OPPOSITION QUI A ENVOYER SES MILITANT A LA BOUCHERIE
    4-ALORS QUI EST LE BOUCHER ? MR AHMED KOUROUMA

    • C’est un faux débat Monsieur kourouma que vous essayer de nous faire avaler. Comment est ce que vous pouvez affirmer que Dadis ne pouvait pas maîtriser l’armée sachant que au moment de leur putsch aucune goutte de sang ne fut versée entre eux(militaires).

  2. Ahmed kourouma les preuves en vidéos existent, Dadis a dit publiquement à la télé qu’en dehors d’eux (Dadis, et sekouba et quelques d’autres officiers) que personne d’autre ne peut contrôler les militaires. Il nommait, limogeait et emprisonnait les militaires devant tout le monde. Le cas de Dadis est simple parce que les preuves de ce qu’on lui reproche sont en image et la plus part des témoins sont vivants.

    • Pour debatre dun sujet aussi delicat faut etre un responsable et logique dans ses propos Mr kourouma je suis entierement daccord rien ne prouve que cest dadis qui donner l’ordre de tirer puisque l’armée en ce moment etais un pur desordre chacun faisait ce quil voulais si dadis etait vraiment coupable celou dalein nallait pas lui faire allegeance en tous ca setai un coup monté puisque dadis etais une gène dans le systeme en entier plus precisement dans celui de la politique

  3. Les gars fermez vos sales gueules et laissez la justice faire son travail, preuves que vous avez ou pas nous voulons la justice, ne continuez pas a être fanatiques.

    • Tu demontres a la face du monde ton education et tes carences. Nous ne sommes pas ici dans ton salon et tu n’est pas obliger de lire les opinions exprimees. On est pas non plus au temps de la pensee unique, libre auxcitoyens de donner leur opinions aussi divergeantes quelles soient. Le combat d’idee vaut mieux que la violence. Cultives toi ignar ok?

  4. Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice.
    Montesquieu

    En l’absence de justice, qu’est-ce que la souveraineté sinon un crime organisé.
    Saint Augustin

    Ceux qui refusent la justice à ceux qui la demandent, sont souvent ceux qui devraient être jugés.
    Confucius

    Chers frères et sœurs , merci pour les commentaires – il patrice à consolider notre démocratie

  5. Barry je tu marches sur ma langue. Kourouma peut se taire, il s’est battu pour etre au coté d’ un pushsiste. Dadis etait le patron de la destabilisation des forces armées en Guinee avec des mutinneries repetées. Pourquoi a t’il pris le pouvoir par effraction en sachant que l’armée etait deja iincontolable.

  6. Ce sont tous ces cadres menteurs et malhonnêtes qui tournaient autour de Dadis,qui l’ont trompé et qui continuent à le tromper.Nous n’étions pas dans une jungle où un président ne pouvait ni contrôler toute l’armée,ni sa propre garde présidentielle.Il faut qu’on arrête de mentir.Sur le fondement de l’article 28 du statut fondateur de la CPI,dadis ne peut pas se soustraire des chefs d’accusation.

    Article 28 Responsabilité des chefs militaires et autres supérieurs hiérarchiques

     » Outre les autres motifs de responsabilité pénale au regard du présent Statut pour des crimes relevant de la compétence de la Cour :
    Un chef militaire ou une personne faisant effectivement fonction de chef militaire est pénalement responsable des crimes relevant de la compétence de la Cour commis par des forces placées sous son commandement et son contrôle effectifs, ou sous son autorité et son contrôle effectifs, selon le cas, lorsqu’il n’a pas exercé le contrôle qui convenait sur ces forces dans les cas où :
    Il savait, ou, en raison des circonstances, aurait dû savoir, que ces forces commettaient ou allaient commettre ces crimes; et
    Il n’a pas pris toutes les mesures nécessaires et raisonnables qui étaient en son pouvoir pour en empêcher ou en réprimer l’exécution ou pour en référer aux autorités compétentes aux fins d’enquête et de poursuites;
    En ce qui concerne les relations entre supérieur hiérarchique et subordonnés non décrites au paragraphe a), le supérieur hiérarchique est pénalement responsable des crimes relevant de la compétence de la Cour commis par des subordonnés placés sous son autorité et son contrôle effectifs, lorsqu’il n’a pas exercé le contrôle qui convenait sur ces subordonnés dans les cas où :
    Il savait que ces subordonnés commettaient ou allaient commettre ces crimes ou a délibérément négligé de tenir compte d’informations qui l’indiquaient clairement;
    Ces crimes étaient liés à des activités relevant de sa responsabilité et de son contrôle effectifs; et
    Il n’a pas pris toutes les mesures nécessaires et raisonnables qui étaient en son pouvoir pour en empêcher ou en réprimer l’exécution ou pour en référer aux autorités compétentes aux fins d’enquête et de poursuites. »

    NB: Moi,mon souhait est que justice soit rendue aux victimes pas par la CPI qui n’a qu’une compétence subsidiaire,mais par les juridictions guinéennes et que par la suite qu’on pardonne et qu’on se réconcilie entre nous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info