Ecobank
AfrikaTech
AGC
SENACIP
Accueil » Société » Médias: lancement officiel du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée

Médias: lancement officiel du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée

Syndicat presseLes journalistes guinéens ont désormais un syndicat ! Une initiative née après une enquête faite dans 30 stations de radio émettant en Guinée. Le lancement officiel des activités du Syndicat des professionnels de la presse a eu lieu ce lundi, 24 août 2015 en présence du ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Damantang Abert Camara, ainsi que de représentants de la société civile. 

‘’Cette initiative a été prise après une enquête menée dans 30 radios privées commerciales et communautaires émettant à Conakry et à l’intérieur du pays par l’Association des jeunes reporters (AJR) le 2 mai dernier, à la veille de la journée internationale de la liberté de la presse’’, a déclaré Sidi Diallo, secrétaire général dudit syndicat.

Dans le rapport publié par l’Association des journalistes reporters, sur 30 radios privées de Conakry et de l’intérieur du pays, seules deux (2) radios ont signé un contrat de travail avec leurs employés, 11 respectent le Salaire minimum inter-professionnel garanti et trois parmi les 30 radios ont immatriculé leurs employés à la Caisse nationale de sécurité sociale.

A  peine mis en place, le Syndicat des professionnels de la presse entend organiser dans les prochains jours une série de formations sur le syndicalisme en vue de renforcer les capacités des membres du bureau et de l’ensemble des membres de cette première structure syndicale de la presse privée.

Présent à la rencontre, le président du Conseil d’administration de la Maison de la presse a indiqué que les journalistes doivent être à l’abri du besoin. Amadou Tham Camara souligne que cela passe nécessairement par une revalorisation des conditions salariales des hommes de médias ainsi que leur immatriculation en bonne et due forme à la Caisse nationale de sécurité sociale.

La mise en place d’un syndicat pour les journalistes est une opportunité pour la liberté de la presse, dira pour sa part Dansa Kourouma de la société civile. C’est aussi une opportunité d’améliorer les conditions de travail des journalistes. A ce titre, soutient-il, le gouvernement a l’obligation d’assurer et de promouvoir cette initiative. Car, dit-il, la corporation de la presse est vitale pour une démocratie en construction.

Quant au syndicaliste M’Bemba Soumah, il a appelé les journalistes à se battre dans la légalité. “L’USTG est là pour vous aider dans votre combat et dans votre formation. Les patrons de presse ne respectent souvent l’intérêt de ses travailleurs, c’est pourquoi vous aurez un grand combat pour mettre ça sur les rails. Et si on touche un journaliste, vous allez vous lever en un seul homme pour défendre vos droits”, a-t-il entre autres recommandé.

Le secteur de la presse n’est pas le seul domaine où le droit du travail n’est pas respecté, assure le ministre Damantang Albert Camara. “Ce n’est pas une excuse. Il y a beaucoup de domaines dans lesquels les droits des travailleurs ne sont pas respectés’’, soulève-t-il, admettant de que ‘’nous (autorités) sommes indulgents face à beaucoup de choses, mais ça ne durera pas longtemps”.

Désormais, s’engage-t-il, “si un travailleur d’une radio vient vers l’Etat à travers sa centrale syndicale pour dire que telle radio ne respecte pas les droits de leurs travailleurs, nous serons obligés de réagir’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info