Ecobank
Tutorys
AGC
Senacip
Accueil » Interview » Expulsion de sans-papiers : le cri de cœur d’un guinéen vivant à Bruxelles

Expulsion de sans-papiers : le cri de cœur d’un guinéen vivant à Bruxelles

elhadjElhadj Moussa Diallo vit à Bruxelles depuis plus de 15 ans. La Belgique, il l’a connait bien. Des sans-papiers vivant dans ce pays sont en passe d’être rapatriés. Une situation qui préoccupe notre compatriote qui interpelle les autorités belges et guinéennes. VisionGuinee l’a joint mardi au terme d’une manifestation devant l’ambassade de Guinée à Bruxelles pour un entretien. Lisez !

VisionGuinee : M. Diallo, la Belgique se prépare pour des expulsions collectives de sans-papiers. Une manifestation a eu lieu mardi devant les locaux de l’ambassade de Guinée à Bruxelles. Faites-nous le point de la situation.

Elhadj Diallo : Disons que certains de nos compatriotes sont détenus dans un centre fermé où ils n’ont pas accès à l’extérieur. Ce qui est le plus révoltant, c’est qu’il s’agit d’un rapatriement massif. Ce qui sous-entend qu’il ne peut se faire sans la complicité des autorités guinéennes. Nous, notre grande inquiétude aujourd’hui, c’est de savoir si les autorités guinéennes n’ont pas vendu leur dignité pour monnayer le soutien de la Belgique et d’autres pays européens à la Guinée pendant cette période post-Ebola pour accepter qu’on fasse des refoulements massifs de nos compatriotes.

Ceux qui sont  visés par ces expulsions sont-ils en règle en Belgique ?

Il faut dire qu’ils ont été arrêtés, pour la plupart d’entre eux, lors des contrôles routiniers. Les autorités belges se rendent compte effectivement que la personne n’a pas de titre de séjour. Quand la police arrête quelqu’un qui ne dispose pas d’un titre de séjour en bonne et due forme ou quelqu’un qui dispose d’un ordre de quitter le territoire, elle a l’obligation de le maintenir quelque part en attendant un jugement.

En pareilles circonstances, le gouvernement guinéen peut faire quoi ?

En fait, il ne faut pas voir un sans-papier comme un simple numéro. Derrière chacun d’eux, il faut voir une situation de famille, une situation d’intégration. Ce sont des gens qui, pour la plupart, ont fait des années ici. Ils ont eu à tisser des relations humaines, relations d’intégration, des relations de famille. Au-delà du fait qu’ils soient des sans-papiers, ils sont avant tout des êtres des humains. Le gouvernement guinéen à travers l’ambassadeur de la Guinée pour les pays de Benelux (Dr Ousmane Camara Ndr) dit qu’il y a une convention de rapatriement qui le lie aux autorités belges. Cela ne doit pas être occulté. Mais si ce rapatriement est massif, c’est parce que le gouvernement guinéen l’a autorisé. On ne peut pas prendre des guinéens, les mettre dans un avion débarquer dans un pays X sans l’autorisation de ce pays.

Un mot pour les autorités belges et celles de la Guinée ?

Le message que je délivre à l’endroit des autorités belges, c’est de solliciter encore plus d’humanisme dans le traitement de ces dossiers parce qu’au-delà du droit, au-delà de l’homme, ce sont des situations de famille, des situations d’intégrations établies. Il faut en tenir compte. Au lieu de grouper les situations, mieux vaut les juger au cas par cas en fonction des attaches durables que l’intéressé a eu à tisser en Belgique.

Quant au gouvernement guinéen, à travers son ministère en charge des guinéens de l’étranger, il faut qu’il essaie de jouer son rôle de protection des guinéens où qu’ils se trouvent. Il est inadmissible qu’une autorité monnaie la liberté de ses concitoyens, à l’image de ce à quoi nous assistons aujourd’hui. Il faut faire attention, car nous avons à faire à des humains qui ne doivent pas être traités comme des simples numéros.

En ce qui nous concerne, la mobilisation continue parce que, pour nous, la dignité et l’humanisme restent les phares dans le traitement de l’immigration.

Réalisé par Amadou Aliou BARRY, pour VisionGuinee.Info

00224 664 32 68 46/amadou.barry@visionguinee.info




2 comments

  1. C parceque ya pas de gouvernement en guinee qu elle qui arrive même pas à gérer les guinéens vivant en guinee comment arrivera t il à gérer les guineen vivants à l extérieur la honte pour cet gouvernement pouri

  2. J’ai bien aimé la prise de position de M. Diallo pour nos compatriotes en situation de rapatriement; mais à part le fait qu’il demande que leurs dossiers soient traités au cas par cas plutôt que de façon groupée, je ne comprend pas très bien ce qu’il attend des autorités belges et guinéennes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info