Tutorys
Unicef
AGC
IIC
Accueil » Interview » Bras de fer entre la préfète de Fria et Banguigny : le sous-préfet Mamadouba I Camara dit tout !

Bras de fer entre la préfète de Fria et Banguigny : le sous-préfet Mamadouba I Camara dit tout !

friaDans une lettre ouverte adressée à la préfète de Fria, les ressortissants de la sous-préfecture de Banguigny ont exprimé une colère contre cette dernière qu’ils accusent d’avoir insulté leurs parents, vilipendé les ressortissants qu’ils sont. Ils déplorent que Mme Gnalen Condé ait annoncé que leur sous-préfecture sera privée de toute assistance de l’Etat, à l’exception du domaine sanitaire.

Notre rédaction est entrée en contact avec le sous-préfet de Banguigny. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, Mamadouba I Camara se dit solidaire aux ressortissants de la localité dont il a la charge de gérer et interpelle les autorités. Entretien.

VisionGuinee.Info : Bonjour M. Camara, les ressortissants de Banguigny ont adressé une lettre ouverte à la préfète de Fria dont vous avez reçue. Vous qui étiez présent lors de la visite de la préfète dans votre localité, que s’est-il passé ?

Mamadou 1 Camara : Mme la préfète a tenu un meeting à Sodjorè, chef-lieu de la sous-préfecture de Banguigny  dans le cadre de la restitution de la rencontre entre les  préfets  et le président de la République à Conakry. Après avoir fait la restitution avec les sous-préfets à  Fria-centre, elle avait promis d’en faire autant dans les sous-préfectures relevant de sa juridiction. Elle a commencé sa tournée par Banguigny. Moi je ne comprends pas pular, quand je tiens mes discours, c’est Amadou Bailo (Pointeur) qui fait l’interprète ou le chef de district, Malick Diallo qui le fait. A chaque fois que la préfète se rend à Banguigny, elle s’adresse à la population en pular vu qu’elle parle cette langue sans accent.

D’après des témoins  présents sur les lieux du  meeting, Mme Gnalen Condé a dit en pular, citation : « cette fois-ci, nous ne sommes pas venus  pour vous supplier. Vous aviez pris un engagement que vous n’avez pas honoré. Nous, nous avons honoré notre engagement. Entre vous et nous, qui a menti ?»  Confirmez-vous ces propos ?

Quand elle a dit cela en pular, moi je n’ai pas bien compris. Au moment où elle le disait, une journaliste de la VDF (Voix de Fria), qui est peule,  était à  coté de moi. Je lui ai demandé de m’interpréter ce que la préfète venait de dire. Elle a traduit comme vous l’avez fait. Après cela, j’ai vu un vieux visiblement frustré qui murmurait en pular. J’ai demandé encore à la journaliste que disait le vieux en question. Elle m’a dit que le sage a dit à la préfète de se limiter là.

Autre chose M. le sous-préfet, certains disent avoir entendu dame Gnalen Condé menacer de priver la sous-préfecture de Banguigny de toute assistance de l’Etat, exception faite au domaine sanitaire. Qu’en dites-vous ?

Comparativement à tout ce qui a été dit, cela aussi peut être une réalité. Comme je vous l’ai dit à l’entame de cet entretien, je ne comprends pas pular. Quand j’ai lu la lettre ouverte, j’ai compris qu’elle l’a effectivement dit.

Dans une réaction chez nos confrères de mosaiqueguinee.com, la préfète a  demandé aux populations de Banguigny de se donner la main avec les autorités  pour développer la localité… Une volonté d’apaiser les tensions ?

Ecoutez, je ne condamne pas les ressortissants de Banguigny parce qu’il ya un adage malinké qui dit « On ne peut se rendre compte des maux de ventre que lorsque vous-même êtes atteint ». Lorsqu’on se défend légitiment, franchement, c’est logique. Quand j’ai lu la lettre ouverte, je me suis mis à la place des ressortissants de Banguigny. Je suis tout à fait d’accord avec eux.

Un message  à l’endroit des ressortissants de Banguigny et la préfète de Fria ?

Je leur demande de se donner la main, populations et autorités, pour développer la sous-préfecture. Moi je suis considéré aujourd’hui comme fils de Banguigny malgré que je n’ai pas de moyens.

Quant à Mme le préfet, elle sait que je suis un conciliateur et je lui ai toujours parlé du bon côté pour qu’on puisse ensemble développer Banguigny. Je considère tout le monde au même pied d’égalité. Elle a heureusement lancé un message d’unité. Elle m’a juste devancé. Je suis en train de voir des personnes ressources comme le secrétaire général de la ligue islamique de Fria pour que ce dernier et certains membres de la préfecture  s’ajoutent  à moi pour aller demander pardon à la population de Banguigny.

Réalisé par Amadou Aliou BARRY, pour VisionGuinee.Info

00224 664 32 68 46/amadou.barry@visionguinee.info




One comment

  1. Nous vous demandons seulement d’aller demander pardons a nos parents….
    Dans le cas contraire cette dame qui a insulté nos parents recoltera les consequences.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info