Ecobank
Tutorys
AGC
IIC
Accueil » Libre opinion » Lettre d’Elie Kamano au président Alpha Condé

Lettre d’Elie Kamano au président Alpha Condé

lettre_ouverteL’histoire est en marche inexorable, imposant à chaque peuple, ses lois implacables. Monsieur le président, ni le temps, ni la tyrannie des grands tyrans, ni la cruauté et l’aversion de certains dirigeants envers leur peuple, n’ont pu stopper l’ascension d’une génération soucieuse du devenir de la société qui l’a engendré.

Les plus grands empires du mal ont été terrassés par les plus petits vampires qui ont vite compris qu’on ne peut éternellement sucer le sang du peuple sans en être ivre. Et c’est dans cet état d’ivresse que le temps vous trahit.

M. le président, merci. Merci d’avoir réalisé toutes les promesses de campagne que vous avez tenues, merci d’avoir divisé l’opposition comme vous l’aviez promis, merci d’avoir construit des hôpitaux et des écoles, d’avoir électrifié la Guinée, et surtout d’avoir accepté vos opposants à votre école, car en ce qui concerne la politique, ce sont eux qui se sont mis à votre école. Et pour cela, je vous décerne le meilleur prix de l’homme politique de la Guinée des 10 dernières années, et sans oublier le prix du meilleur promoteur de l’ethnostratégie en Afrique, succédant ainsi à la radio des mille collines des années 94 au Rwanda.

M. le président, ils ont entendu votre message et ils l’ont compris. Ils ont entendu votre musique et ils la danse au même rythme que vous. Parfois mieux que vous, parce qu’ils manquent d’inspiration. Ils manquent de vision mais surtout ils manquent d’audaces. Mais la rythmique change avec la tendance parce que le temps et l’époque nous l’impose.

M. le président, moi je suis un échantillon de cette rage, de cette tranche d’âge, de cette génération qui refuse de participer à ce bal poussiéreux, qui refuse de danser sur ce rythme obsolète qui ne tient compte d’aucune règle de liberté, même la plus élémentaire.

M. le président, lorsque vous étiez en prison en 1998, vous disiez que si l’émergence de la Guinée devait passer par vous, vous seriez prêt à accepter tous les sacrifices avec fierté.

Tiken Jah ne clamait-il pas votre liberté et votre fierté en ces termes : Alpha Condé Aloumi lon deeeee Alou Malon, Alou Malon, Alou malon, koui yal la kele lelaaaa.????

Alors moi je dis: Alpha Condé, al toun milondeee altoum Malonnnn, altoum Malon, kui nanin la guinée feré kan de maaaa. Altoum malondeeeee altoum malon.

M. le président, je termine en vous souhaitant mes vœux les plus sincères et patriotiques, vous et vos élèves opposants.

Ma génération vous chassera du pouvoir au moment venu, et elle ira demander pardon au Fouta, en Forêt en Basse côte et au Manding pour les crimes que vous avez commis.

Bonne année 2017.

Par Élie Kamano




2 comments

  1. en guinee meme les drogué s adresse violenment au president de la republique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info