Ecobank
AfrikaTech
AGC
Senacip
Accueil » Interview » L’UFDG a présenté des candidats dans presque la totalité des circonscriptions électorales

L’UFDG a présenté des candidats dans presque la totalité des circonscriptions électorales

L’opération de dépôt des candidatures pour les élections communales a pris fin le 26 décembre sur toute l’étendue du territoire national. L’UFDG, principale formation politique de l’opposition, s’est lancée dans la course dans presque la totalité des circonscriptions électorales. *

VisionGuinee, qui souhaitait en savoir plus, a rencontré mercredi le vice-président du parti, Ibrahima Chérif Bah. Entretien !

VisionGuinee : M. le vice-président, vous rentrez d’une tournée dans des localités de Basse Côte. Votre parti est-il en précampagne pour les élections du 4 février ?

Chérif Bah : Non. Nous avons un parti national implanté partout. J’ai parcouru 18 communes rurales et 2 communes urbaines. J’ai constaté que l’UFDG est un parti connu, les populations adhérent à ses valeurs et sont prêtes à le montrer lors des élections locales du 4 février.

Sur le terrain, les gens m’ont rassuré qu’ils prêts à jouer leur rôle dans nos collectivités locales.

Alors quel constat avez-vous fait dans les différentes localités que vous avez sillonnées ?

En réalité, on a senti un réel engouement envers l’UFDG. Les populations comprennent nos valeurs, adhérent à notre programme de société. Elles sont déçues de la mouvance présidentielle actuelle.

Nous avons vu la précarité, la souffrance des populations locales. Elles n’ont pas de routes ni d’eau, à plus forte raison de l’électricité. Dans les chefs-lieux des localités visitées, 2/3 des lampadaires étaient en pannes.

Et qu’avez-vous dit à ces populations au nom de l’UFDG ?

Nous leur avons dit que l’un des objectifs du combat que mène l’UFDG,  c’est de lutter contre la misère, la malgouvernance que ce régime pratique et qui a son effet sur le terrain.

Je ne suis pas pour le triomphalisme en disait que nous sommes un  grand parti. Il faut travailler sur le terrain, expliquer aux populations notre programme et les éléments du nouveau code électoral. Jusque-là, nous considérons que rien n’est fait, nous devons tout faire pour gagner.

Parlons à présent des listes de candidatures. Le parti annonçait qu’il allait présenter des candidats dans toutes les circonscriptions. Quand est-il ?

L’UFDG est le plus grand parti de la Guinée. Nous voulons remporter au moins la moitié de toutes les communes urbaines et rurales du pays à l’issue de ces élections. C’est pourquoi, nous avons présenté de candidatures dans presque la totalité des circonscriptions électorales. Il y a au total 304 communes rurales et 38 communes urbaines reparties sur l’ensemble du territoire national. Nous avons des candidats dans 289 communes rurales, soit 95 et dans les 38 communes urbaines du pays, soit 100%.

Vous voulez rafler au moins 50% des communes, sur quoi comptez-vous pour gagner ce pari ?

La force de notre parti, ce sont les adhésions. L’UFDG est implanté partout. Toutes les structures du parti qui n’étaient pas actives le sont à présent. De l’autre côté, nous avons des adhésions massives partout. Donc nous avons de l’espoir.

Autrement, vous êtes prêts pour ces élections ?

Nous le sommes. Nous avons déposé nos listes dans les 95% des communes rurales et dans 100% des communes urbaines. Bien avant la prolongation de la date butoir, nous étions à 80% de listes déposées. Pendant ce temps, le RPG se battait encore pour élaborer ses listes.

Nous avons des informations selon lesquelles dans des localités comme Tanènè dans Bouramaya et Dubreka-centre, le RPG a déposé des listes ce mercredi 27 décembre, soit un jour après la date butoir. Et ce n’est pas le seul endroit. Jusque-là, le RPG est en train de déposer des listes en toute violation du code des collectivités et du code électoral. En acceptant cela, la CENI est partisane.

Sentez-vous que l’UFDG a la capacité de rafler la mise devant le RPG ?

Ecoutez, nous sentons que le RPH est frileux vu l’engouement des citoyens pour ces élections et pour l’UFDG. Les ingénieurs en crise et spécialistes de la fraude sont déjà dans les ateliers pour préparer comment frauder et barrer la route à l’opposition. L’un des éléments clés qu’ils veulent utiliser, c’est la rétention des cartes électeurs.

Nous mettons en garde ces gens. La distribution des cartes doit être gratuite. Il faut qu’ils distribuent les cartes et à temps. On sait qu’ils habitués à la fraude. Ils ne comptent que ça pour gagner.

Réalisé par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info