Ecobank
AfrikaTech
AGC
Senacip
Accueil » Interview » Souleymane Keita du RPG et conseiller d’Alpha Condé : ‘’la restructuration du parti est une nécessité’’ (Interview)

Souleymane Keita du RPG et conseiller d’Alpha Condé : ‘’la restructuration du parti est une nécessité’’ (Interview)

Le parti présidentiel va tirer les leçons de son score aux élections locales. Le RPG Arc-en-ciel se penchera ensuite sur sa structuration. L’annonce a été faite le weekend dernier au siège de ladite formation politique. Pour en savoir plus, VisionGuinee a rencontré Souleymane Keita, conseiller chargé de mission du président de la République et cadre du parti au pouvoir. Entretien.

VisionGuinee : Bonjour M. Keita. Notre pays vient d’organiser les élections locales. Au sein du RPG Arc-en-en-ciel, que peut-on retenir du scrutin du 4 février ?

Souleymane Keita : Disons que les élections locales n’ont pas connu l’affluence souhaitée contrairement aux élections législatives et présidentielle passées. Ce qui du coup devrait être avoir un impact sérieux sur le score habituel de certains grands partis politiques comme le nôtre. Ensuite, ces élections sont ouvertes aux candidatures indépendantes qui étaient souvent dans nos camps. Dans certaines circonscriptions électorales, il y a eu beaucoup de candidats indépendants dont la plupart sont  des militants du RPG. Ce qui a émietté le score habituel de notre parti. Mais ce qui reste important, le RPG confirme sa place de leadership de l’échiquier politique nationale. Nous sommes plus ou moins satisfaits du résultat même si nous avons des leçons à tirer pour qu’à l’avenir, nous puissions prendre toutes les dispositions pour pouvoir continuer la marche.

Dites-nous M. Keita, le RPG Arc-en-ciel n’a-t-il pas été affaibli dans la capitale par ses adversaires ?

Non, pas du tout ! Ces élections n’ont pas fait de grandes surprises. A Kaloum, c’est une candidature indépendante qui est arrivée en tête. Et nous nous sommes 2e dans cette circonscription. A Ratoma, habituellement, c’est l’UFDG qui gagne. Ce n’est pas une surprise. A Matoto, nous sommes en tête. La même chose à Dixinn et à Matam. Donc, le RPG est premier dans 3 sur 5 communes de Conakry.

Et, en tant parti au pouvoir, vous espériez plus ?

Il ne suffit pas de dire qu’il faut gagner partout. Nous sommes dans une démocratie. Nous ne faisons pas ce que les Cellou Dalein faisaient quand ils étaient au PUP. Ils répartissaient les communes avant la proclamation des résultats. Nous sommes républicains et démocrates. On accepte de perdre si on doit perdre. On ne triche pas les élections pour s’agripper. A l’époque, quand le PUP était là, ils ne partageaient pas les 5 communes de Conakry. Il y a même certains de nos fiefs qu’ils nous prenaient. Au RPG, on s’est battus pour la démocratie et chaque fois que le peuple s’exprime, cela nous permet de tirer les leçons et d’améliorer notre façon de faire.

L’autre constat, c’est la percée du RPG dans le Foutah…

Oui, c’est le fruit du travail. On a beaucoup travaillé. Après les élections de 2010, l’UFDG s’est engagé dans une campagne de diabolisation du Pr. Alpha Condé. Les leaders politiques, en manque d’arguments, utilisent toujours l’ethnie. Aujourd’hui, la Moyenne Guinée a compris que la caricature qui a été faite du Pr Alpha Condé n’était pas la vérité. La fête de l’indépendance organisée à Mamou a permis de changer carrément la physionomie de la ville avec des impacts sur les autres préfectures de la région. Les actes de charité vis-à-vis de cette région ont valu le changement de la perception des choses.

Parlons à présent de la restructuration prochaine de votre parti…

Le RPG est un grand parti, qui a une longue histoire. Les anciens ont bravé le régime militaire. Quand nous commencions le combat, tous ceux qui crient aujourd’hui étaient avec Lansana Conté. Ce sont eux qui ont sacrifié les libertés en Guinée et pollués le pays. Nous nous avons fait le combat de façon démocratique et sans violence. Nos ainés, nos pères qui ont fait ce travail sont, pour la plupart, dans la soixantaine ou plus. Avant les élections communales, nous avions commencé à restructurer le parti à  la base. Ce sont les élections qui ont freiné le processus. Ça va continuer au niveau des instances nationales. La restructuration du RPG est une nécessité pour le parti et nous y travaillons d’arrache-pied.

Et comment comptez-vous y arriver ?

Au RPG, c’est la discipline qui règne. Tout se fait dans les règles de l’art. Nos ainés ont fait beaucoup d’efforts, ils ont même fait la prison. On ne va pas les jeter dehors. Le RPG est une formation socialiste par naissance. Du coup, le sens de l’humain est l’une des vertus cardinales. Avec les ainés, nous allons travailler ensemble, tout en donnant la chance aux jeunes de jouer leur rôle au sein du parti pour apporter plus de vivacité.

Donc, pour l’heure, les jeunes se sentent délaissés au sein du parti au pouvoir ?

Pas du Tout. Je suis une preuve. C’est rare de voir un jeune de mon âge être conseiller du président de la République. C’est pour dire que les jeunes sont au cœur du  changement amorcé par le président Alpha Condé. Aux élections locales, ce sont des jeunes qui ont piloté partout.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info