Ecobank
AfrikaTech
AGC
Senacip
Accueil » Économie » Célébration de l’an 58 de la monnaie guinéenne

Célébration de l’an 58 de la monnaie guinéenne

La monnaie guinéenne a 58 ans ce 1er mars. Et la Banque centrale de République de Guinée (BCRG) a organisé une fête à son siège à Kaloum. La cérémonie a été rehaussée par la présence du président de la République.

Devant Alpha Condé, Louncény Nabé, gouverneur de la BCRG a déclaré que les résultats des reformes monétaires et financières obtenus ont permis à la Guinée de recouvrer sa crédibilité auprès de ses partenaires techniques et financiers.

Selon le patron de la BCRG, les résultats des réformes entamées depuis 2011 sont nombreux et palpables. ‘’Les réserves de changes du pays sont passés de moins de deux semaines d’exportation à plus de 3 mois et demi aujourd’hui. Les réformes ont permis la mise en place de notre système national de paiement’’, énumère Dr. Nabé.

Il ajoute que l’arsenal juridique portant sur le statut de la Banque centrale, les nouveaux codes d’assurance, la loi sur la réglementation bancaire , la loi sur la criminalisation de tous les aspects du financement du terrorisme et du blanchissement des capitaux sont à la satisfaction des partenaires de la Guinée.

Pour sa part, le président Alpha Condé a indiqué qu’après les accords signés avec le Fonds monétaire international, ‘’nous avons exigé de la banque, avec l’accompagnement du gouvernement, que l’inflation qui était à 21% reviennent à 1 chiffre, le déficit budgétaire qui était à 12% revienne à 2%’’.

Il a également été demandé à la BCRG de ‘’renforcer la stabilité de la monnaie guinéenne par rapport aux principales devises’’. A ce jour, se réjouit le chef de l’Etat, ‘’de nombreuses réalisations ont été enregistrées. Il y a eu la moralisation de l’information financière avec le déploiement d’un nouveau système comptable, la mise à niveau d’un nouveau système de paiement national, la mise en place du système d’information du crédit, l’ouverture d’agences de la BCRG dans les chefs-lieux et régions’’.

Alpha Condé assure que les réformes entamées depuis son arrivée au pouvoir ont permis à la Guinée d’atteindre en 2012 le point d’achèvement de l’initiative des Pays pauvres très endettés (PPTE). ‘’Ce programme a permis à la Guinée de renouer avec la communauté financière internationale et d’attirer un afflux important des investisseurs directs étrangers et la mobilisation substantielle des ressources extérieures’’, mentionne le président de la République.

Et ce n’est pas tout, à l’en croire. ‘’Cette confiance retrouvée a permis, en 2017, la conclusion d’un nouveau programme triennal avec la facilité élargie du crédit. Ce qui concrétise notre crédibilité aux yeux de tous nos partenaires au développement. Car pour la première fois, la Guinée peut avoir accès au crédit non concessionnel’’, se félicite-t-il.

Mais, dira-t-il, ‘’nous avons encore beaucoup de défis. La Guinée veut être le premier pays à adhérer à la zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO). Donc nous avons beaucoup de défis à relever tant au niveau de l’inflation qu’au niveau des réserves de devise’’. Il dit compter sur le gouvernement et la BCRG pour notre pays ne rate pas ce rendez-vous à l’horizon 2020.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info




4 comments

  1. Mr Nabé fait simplement rêver certains guinéens, en disant que la Guinée veut être le premier pays à intégrer la monnaie unique de la CEDEAO !!
    Mais, les guinéens, quelque peu avertis des questions monétaires, savent très bien que, contrairement à ce que dit le gouverneur de la BCRG, la Guinée est incapable de remplir les critères de convergence pour pouvoir intégrer cette monnaie unique de l’Afrique de l’Ouest en 2020 !!
    Rappel des critères dont les plus importants sont :
    1) le taux d’inflation annuel qui doit être < ou = 5% ;
    2) le ratio du déficit budgétaire /PIB qui doit être < ou = 3% ;
    3) le financement du déficit budgétaire par la banque centrale qui doit être ou = 6 mois d’importations ;
    Etc.
    Mais, le sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO sur la monnaie unique, tenu le 21 février 2018 à Accra a décidé, par solidarité, de faire passer les critères de convergence de 11 à 6, afin d’aider les canards boiteux à intégrer la monnaie unique !!
    Pour la Guinée, ce sera donc au plus tôt en 2022 ; c’est à dire après le départ du pouvoir du Président Alpha Condé !!

  2. Critères de convergence ; je dis bien :
    1) le taux d’inflation annuel qui doit être < ou = 5% ;
    2) le ratio du déficit budgétaire /PIB qui doit être < ou = 3% ;
    3) le financement du déficit budgétaire par la banque centrale qui doit être ou = 6 mois d’importations ;
    Etc.
    La CEDEAO devrait imposer un critère politique : exiger l’alternance politique pacifique !!

    • Le 1er et le 2ème critère sont corrects.
      Le 3ème est faux et est un mélange entre le 3ème et le 4ème critère de convergence.
      Ma tentative d’y apporter une correction a hélas échoué !!
      Le Financement du déficit budgétaire doit être ou = 6 mois d’importations.
      Merci.

      • Il y a vraiment un problème de saisie ; voici la dernière tentative :
        – Le financement du déficit budgétaire par la banque centrale doit être inférieur ou égale à 10% des recettes fiscales durant l’année précédente ;
        – les réserves brutes (devises) doivent pouvoir couvrir au moins 6 mois d’importations. Merci.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info