Ecobank
Tutorys
AGC
Senacip
Accueil » Société » Près de 350.000 dollars pour les soldats guinéens déployés au Mali

Près de 350.000 dollars pour les soldats guinéens déployés au Mali

C’est sans doute une bonne nouvelle pour les soldats guinéens du bataillon Gangan 2 de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Le système des Nations Unies a procédé ce lundi 16 avril à la remise officielle d’un document relatif à leurs indemnités de risque aux autorités du ministère de la Défense nationale.

Chacun des 850 éléments du bataillon Gangan 2 touchera dans les prochains jours une prime de 409.5 dollars. ‘’Les Nations Unies ont procédé au virement d’un montant de 348.075 dollars au titre des indemnités de risque ou risk premium du personnel de Gangan 2 pour la période du 1er juillet au 30 septembre 2016’’, a confirmé le colonel Amadou Kaba, directeur des opérations de l’Etat-major général des formes armées.

L’officier de souligner que ‘’l’attribution de cette prime à un contingent est exceptionnelle et exige plusieurs critères dont l’acceptation sans restriction des missions parfois très exigeantes dans un environnement hostile. C’est le cas de nos différents contingents à Kidal qui risquent tous les jours leurs vies’’.

Selon le directeur des opérations de l’Etat-major général des armées, tous les contingents de la Minusma sont éligibles à l’attribution de la prime. Mais tous ne bénéficient pas automatiquement de celle-ci, précise-t-il.

Conformément à la liste fournie à l’ONU par le commandant du bataillon, détaille le colonel Kaba, ‘’chacun des 850 éléments dudit bataillon a droit à 136.5 dollars par mois, soit 409.5 par trimestre’’. Les frais de transfert de ces indemnités, qui s’élèvent à 1740.38 dollars, ont été pris en charge par le ministère de la Défense nationale, informe-t-il.

Le département de la Défense nationale a décidé d’accorder une faveur à quatre éléments du bataillon Gangan 2 qui ont été remplacés avant la fin de leur mission au Mali. ‘’Ils ne peuvent pas $être payés par les Nations Unies. Seuls 850 soldats sont pris en compte. Le ministère de la Défense nationale a pris en charge les primes de risque de ces quatre éléments remplacés’’, rassure-t-il.

Des instructions ont été données par le chef d’Etat-major général des forces armées à une commission qui a déjà quitté Conakry afin de procéder au paiement de ces indemnités aux ayant-droits, selon le colonel Kaba, qui précise qu’une copie émargée par les bénéficiaires sera transmise à l’ONU.

Pour la Représentante de la coordinatrice du système des nations unies, Zeinab Diaby, par cette initiative, le ministère de la Défense nationale fait preuve de transparence dans la gestion des indemnités destinées aux soldats intervenant dans les opérations de maintien de la paix au Mali. A ses yeux, la matérialisation de cette transparence est le fruit de la reforme du secteur de sécurité.

Elle réaffirme la disponibilité des Nations Unies à continuer à soutenir la Guinée sur la voie de l’excellence et de la bonne gouvernance.

Honneur des soldats guinéens

Le directeur de cabinet du ministère de la Défense nationale, le général Aboubacar Sidiki Camara a déclaré que les forces armées guinéennes sont en train de redorer le blason de notre pays. Et cela se traduit par le retour de la Guinée dans le concert des nations projetées sur les théâtres d’opérations.

Il a tenu à féliciter, au nom du président de la République, les éléments du bataillon Gangan 2 qui, selon lui, ont honoré et respecté le message qui leur avait été donné par le président de la République, lors de la remise du drapeau, en respectant strictement sous le mandat de l’ONU, toutes les règles d’engagement.

Selon le directeur de cabinet du ministère de la Défense nationale, ils ne se sont rendus coupables d’aucun crime ou délit sur les théâtres d’opération. Tous ont accepté les contraintes liées non seulement à leur état de soldat, mais aussi à celles inhérentes aux missions qu’ils étaient censés exécutés.

Le général Aboubacar Sidiki Camara a précisé que les primes de risque ne sont pas un droit exigible des Nations Unies. Elles sont attribuées à des contingents qui ont fait preuve d’admiration, d’acceptation de contraintes, d’accomplissements des missions dans le cadre du respect strict des règles d’engagement et du mandat des Nations Unies.

En dernier lieu, il a souligné que les soldats bénéficiaires, au-delà de la valeur du montant, reçoivent ces primes avec un grand honneur pour avoir accompli leur mission à la satisfaction des Nations Unies.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info