Ecobank
AfrikaTech
AGC
Tech Generation
Accueil » Politique » La mouvance présidentielle réagit à la menace de l’opposition

La mouvance présidentielle réagit à la menace de l’opposition

Les opposants au régime d’Alpha Condé ont menacé jeudi de se retirer du comité de suivi de l’accord du 12 octobre si rien n’est fait la semaine prochaine pour l’audit du fichier électoral et l’adoption d’une nouvelle loi sur la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Le député Amadou Damaro Camara de la majorité présidentielle dit ne pas comprendre le fondement de cette nouvelle menace de l’opposition.

Le patron du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel indique à l’opposition que ‘’les menaces ne nous amèneront pas à faire une loi’’.

L’honorable Camara annonce la mise en place d’un comité tripartite composé de députés des trois groupes parlementaires pour rédiger une proposition de loi sur la CENI à soumettre à l’assemblée nationale. En attendant la fin des travaux de ce comité, l’assemblée nationale examine les projets de loi qui lui ont été soumis par le gouvernement.

Pour ce qui est du contentieux électoral, le parlementaire explique qu’une sous-commission a été mise en place au sein du comité de suivi pour trouver une solution à la crise. L’opposition, elle, note un manque de volonté politique pour régler le différend.

‘’Pour l’opposition, il n’y a pas de volonté politique, si on n’accepte pas ce qu’elle demande’’, réplique Damaro Camara qui dit à qui veut l’entendre que le camp présidentiel ne peut pas accepter tout ce que demandent les opposants. C’est pourquoi, fait-il remarquer, ‘’on se retrouve. Sinon, on n’allait même pas venir au sein du comité de suivi’’.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Ce n’est pas leur faute plus tôt celui qui a demandé au comité de voir, la loi est très claire, c’est une loi bien établi par toute les parties, nos convergences dans la gestion des choses publiques, ce sont nos lois, si elles ne sont pas respectées, on ne parlera pas de la république , plus tôt l’anarchie où chacun fait sa propre loi qui le sens bon, il faut que sa soit claire , personne ne peut rien changer de ses résultats, même le président, qui se soit tentera de changera ses résultats communaux, aurait violé la constitution ou le code électoral et il va assumer les conséquences. Nous allons prouvé qu’ils n’ont pas droit de coucher ou modifier nos voix

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info