Ecobank
AfrikaTech
AGC
Forum du Numérique au Foutah
Accueil » Société » Deux journalistes condamnés pour diffamation

Deux journalistes condamnés pour diffamation

Le procès du général Toumany Sangaré, directeur général de la douane et du lieutenant-colonel Fadacin Keita contre les journalistes Bakary Guilavogui et Toumany Camara du journal Le Tremplin a pris fin ce mercredi au TPI de Kaloum. Ces deux hommes de médias ont été reconnus coupables de diffamation avant d’être condamnés au paiement d’une amende de 500 mille francs guinéens.

Tout est parti d’un article paru en février dernier dans le 28e numéro du journal Le Tremplin. Dans cet article, Toumany Camara, rédacteur en chef dudit journal, a fait cas de la mauvaise gestion du personnel du parc à conteneurs par le lieutenant-colonel Fadacin Keita. Ce dernier estimant avoir été diffamé décide de porter plainte au Tribunal de première instance de Kaloum.

Après 5 audiences, les journalistes Bakary Guilavogui, directeur de publication du Tremplin et Toumany Camara ont été reconnus coupables des faits diffamatoires allégués contre eux.

Une décision saluée par l’avocat de la partie civile. ‘’Je pense que c’est une bonne décision. Le droit a été dit. Cette décision a un contenu pédagogique. Trop souvent, les journalistes croient qu’on peut écrire tout ce qu’on veut, estimant qu’il y a aura dans tous les cas un droit de réponse pour corriger le mal. C’est une erreur de penser ainsi puisque le droit de réponse ne répare pas tout’’, commente Me Thierno Ousmane Tall.

L’avocat de la défense rejette la décision et promet d’interjeter appel. ‘’Nous nous attendions à une relaxe de nos clients. Parce que nous avons estimé qu’aucune infraction n’a été commise par eux. Nous allons faire en sorte que l’affaire soit réexaminée par la cour d’appel de Conakry’’, promet Me Ousmane Mansaré.

Le rédacteur en chef du bimensuel Le Tremplin dénonce quant à lui un manque de solidarité des associations de presse. Au-delà de l’amende de cinq cent mille francs guinéens à payer par chacun des deux responsables de cet organe de presse, ils ont été sommés de publier la décision de justice les condamnant dans les colonnes dudit journal.

Aliou BANGOURA, pour VisionGuinee.Info

00224 622 56 85 61/mamdia1990@gmailcom




2 comments

  1. Nul n est au dessus de la loi. La plupart des journalistes guineens sont des militants des parti politiques ils se disent journalistes pour les permettre de régler des comptes a leurs politiques

    • Nul n est au dessus de la loi. La plupart des journalistes guineens sont des militants des parti politiques ils se disent journalistes pour les permettre de régler des comptes a leurs adversaires politiques

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info