Ecobank
AfrikaTech
AGC
Senacip
Accueil » Annonces » La Banque mondiale approuve un nouveau cadre de partenariat avec la Guinée

La Banque mondiale approuve un nouveau cadre de partenariat avec la Guinée

CONAKRY, le 13 Juin 2018— Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque mondiale a approuvé le 07 juin 2018 un nouveau cadre de partenariat avec la Guinée en appui aux objectifs de développement du gouvernement.

Ce cadre de partenariat, qui va structurer le soutien du Groupe de la Banque mondiale en faveur de la Guinée pour la période 2018-23, est le fruit de consultations approfondies avec différentes parties prenantes. Il a pour objectif d’aider le pays à faire face aux multiples facteurs qui contribuent à sa fragilité et à accélérer sa transition vers une économie plus diversifiée et à plus forte valeur ajoutée.

Malgré ses progrès récents et la richesse de ses ressources naturelles (environ un tiers des réserves mondiales de bauxite, 6,2 millions d’hectares de terres arables et un potentiel hydroélectrique de 6 000 MW), la Guinée reste l’un des pays les plus pauvres au monde.

Le nouveau cadre de partenariat s’articule autour de trois piliers : gestion budgétaire et des ressources naturelles ; développement des ressources humaines ; et productivité agricole et croissance économique. Ces trois axes ciblent les facteurs de fragilité identifiés et poseront les jalons nécessaires pour une croissance accrue et inclusive, en se focalisant sur trois objectifs ambitieux : i) atténuer l’exposition aux chocs économiques, déployer un système de protection sociale et favoriser la diversification économique avec l’agro-industrie ; ii) renforcer le contrat social et améliorer la fourniture de services de base, surtout dans les zones rurales ; et iii) combattre le sous-emploi des jeunes dans les zones urbaines.

« Le cadre de partenariat avec la Guinée a pour objectif d’aider les autorités à concrétiser la transformation structurelle du pays ; c’est-à-dire de passer d’une économie reposant sur les ressources minières et une agriculture peu productive à une économie tirée par un secteur privé diversifié et productif capable d’offrir des emplois à la jeunesse guinéenne. Sa principale caractéristique réside dans la priorité accordée à l’accélération de la transition vers une économie plus diversifiée et à plus forte valeur ajoutée, tout en luttant contre les facteurs de fragilité », souligne Soukeyna Kane, directrice des opérations de la Banque mondiale pour la Guinée.

Le nouveau cadre de partenariat prévoit par ailleurs des mesures spécifiques pour favoriser l’autonomisation des femmes et des jeunes filles et vise pour cela à améliorer les services d’éducation et de santé, à promouvoir les opportunités d’emploi, à soutenir les technologies allégeant le travail (tels que les systèmes d’irrigation plus efficaces), à faciliter l’accès aux financements et à favoriser l’implication des femmes dans les prises de décision. Ce cadre a également pour objectif d’aider la Guinée à gérer ses ressources naturelles et sa biodiversité pour que les futures générations puissent en profiter.

« À travers ce nouveau cadre de partenariat, le Groupe de la Banque mondiale aidera la Guinée à valoriser son patrimoine riche et unique au profit de l’ensemble de sa population. Nous nous réjouissons de soutenir un processus de développement qui permettra, en misant sur le capital humain, d’extraire les habitants de la pauvreté, d’améliorer leur prospérité et de renforcer la compétitivité et la résilience de l’économie », indique Rachidi Radji, représentant résident de la Banque mondiale en Guinée.

La Société financière internationale (IFC), la branche du Groupe de la Banque mondiale axée sur le développement du secteur privé, poursuivra son important programme d’activités dans le pays, en collaboration avec l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA). Les opérations de l’IFC appuieront le développement durable des industries extractives, tout en mettant progressivement l’accent sur le renforcement d’autres secteurs exportateurs à fort potentiel en termes de création d’emplois, comme l’agro-industrie.

Les financements prévus au titre du nouveau cadre de partenariat reposent sur une hausse de l’enveloppe allouée par l’Association internationale de développement (IDA), ainsi que sur les ressources du Mécanisme d’atténuation des risques (auquel seuls quatre pays, dont la Guinée, sont éligibles). Le cadre de partenariat prévoit également la possibilité de recourir aux financements « enclave » de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD). Il a pour but de renforcer l’impact des opérations du Groupe de la Banque mondiale et promeut une approche géographique qui privilégie les zones où les besoins et les opportunités sont particulièrement importants.

Pour assurer une efficacité maximale, le programme tirera parti des complémentarités au sein des institutions du Groupe de la Banque mondiale, notamment entre la BIRD, l’IFC et la MIGA, ainsi que de la collaboration avec d’autres partenaires de développement, et de l’engagement avec les populations locales.

Le cadre de partenariat appuiera l’ambitieux programme d’action du pays au service de l’industrialisation, de la croissance économique et du développement humain, tel qu’énoncé dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-20. Le Groupe de la Banque mondiale investit dans les domaines susceptibles de développer le potentiel de la Guinée, afin d’assurer une croissance durable et de réduire la pauvreté.

 




One comment

  1. Bientôt la Guinée fera parti des pays émergents.. je m excuse au près des haineux pathologiques

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info