Ecobank
AfrikaTech
AGC
SENACIP
Accueil » Interview » Manifs contre la destitution de Kélèfa Sall : ‘’Ceux qui s’agitent sont des organisations satellites de l’opposition’’, selon le RPG

Manifs contre la destitution de Kélèfa Sall : ‘’Ceux qui s’agitent sont des organisations satellites de l’opposition’’, selon le RPG

Le président de la cour constitutionnelle est visé par une motion de destitution. Malgré tout, Kélèfa Sall bénéficie de plus en plus de soutiens. Un sit-in a été organisé devant le siège de la cour constitutionnelle pour exiger son rétablissement dans ses fonctions. Derrière cette manifestation, Souleymane Keita du bureau politique du RPG Arc-en-ciel et conseiller du président de la République, voit une main noire de l’opposition. Entretien…

VisionGuinee : Kélèfa Sall fait l’objet de contestations au sein de la cour constitutionnelle. Il a été destitué de ses fonctions par ses pairs, quelle lecture le RPG fait de la situation ?

Souleymane Keita : C’est une question éminemment juridique. En pareilles circonstances, il fallait laisser le soin aux professionnels du droit d’éclairer la lanterne de l’opinion. La cour constitutionnelle est composée de 9 membres. Si 8 décident de retirer leur confiance au président, les conséquences logiques devraient suivre. Ça ne devrait pas faire l’objet d’un tollé, comme c’est le cas actuellement. C’est un problème juridique. Il appartient aux juristes de trouver la solution.

Pourquoi destitueraient-ils Kélèfa Sall de ses fonctions ?

Il ne faut pas que les gens confondent les choses. Kélèfa Sall n’a pas été exclu de la cour constitutionnelle. Il reste membre de la cour constitutionnelle. Il y aura un vote pour élire un nouveau président. Election à laquelle, il (Kéléfa Sall) peut se présenter. Quand Bakary Fofana a été visé par les commissaires de la CENI, cela a fait beaucoup de bruits. En fin de compte, la situation a été résolue.

Vous dites que la crise à la cour constitutionnelle est une affaire juridique, mais les politiques s’en mêlent…

La cour constitutionnelle est une institution qui est importante pour notre pays. C’est anormal de faire une récupération politique. Des politiciens se mobilisent devant la cour constitutionnelle pour soutenir Kélèfa Sall. Il fallait se demander si la procédure a été respectée au lieu de mobiliser des militants devant la cour constitutionnelle. Il faut laisser la cour constitutionnelle, régler son problème.

Des opposants accusent le pouvoir d’Alpha Condé d’être derrière la destitution du président de la cour constitutionnelle. Qu’en est-il ?

Quand il y a eu la fronde contre Bakary Fofana, il avait été dit que c’est le pouvoir qui était derrière. La suite, on l’a vue. Il faut qu’on arrête de politiser toutes les actions. Notre pays est en train de construire une démocratie. Le RPG n’a pas besoin d’agir dans l’ombre. C’est l’opposition qui est en train d’utiliser des organisations satellites pour agir au nom de la société civile au lieu de laisser la cour constitutionnelle régler son problème.

A vous entendre, l’opposition est derrière le sit-in organisé devant la cour constitutionnelle…

Oui. Pourquoi les gens n’ont pas manifesté lorsque les commissaires de la CENI s’en sont pris à Bakary Fofana qui était supposé être proche de la mouvance ? Si les principes qui régissent le fonctionnement de l’institution sont violés, il appartient aux membres de cette institution de tirer toutes les conséquences.

En Guinée, nous voulons une chose et son contraire. Nous voulons la démocratie, le respect des lois, mais nous sommes les premiers à les violer. Les gens qui s’agitent au nom de la société civile, nous savons pour qui ils roulent. Ce n’est pas la peine de renter dans la confusion.

Le peuple est suffisamment mur. Il est tranquille. Ceux qui s’agitent, ce sont des organisations satellites de l’opposition. Le peuple doit rester vigilant.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info




One comment

  1. Pourquoi les guinéens surtout les soi-disant cadres par accident comme ce cadre. Tous les juristes constitutionnalistes ont démontré par A+B que les procédures de destitution de KELEFA SALL n’ont pas été respectées. Donc le dernier recours c’est des si-tin. Et on accuse les organisateurs de satellites de l’opposition républicaine. En 2006-2007 Alpha Condé a manipulé la société civile, qui a sans doute organisé des manifestations intempestives jusqu’à leur satisfaction. Aujourd’hui lui et son staff sont au pouvoir ,ils accusent la même société civile de l’opposition. Vous avez raison, mais les guinéens n’acceptent jamais la démagogie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info