Accueil » Politique » Le gouvernement invite les acteurs politiques et sociaux à surseoir à toute protestation

Le gouvernement invite les acteurs politiques et sociaux à surseoir à toute protestation

bourema condeAlors que l’opposition menace de battre le pavé, le lundi 1er octobre prochain, pour protester contre l’éviction du président de la cour constitutionnelle, Kélèfa Sall, le ministre de l’administration du territoire demande aux uns et aux autres de surseoir à toute manifestation de rue.

Le général Bouréma Condé évoque la célébration du 60e anniversaire de l’accession de la Guinée l’indépendance pour motiver la mesure. ‘’Le 2 octobre qui est une date repère indéniable de l’histoire collective, interpelle chaque guinéen’’, indique-t-il dans un communiqué rendu public vendredi soir.

Selon le ministre de l’administration du territoire, le 2 octobre s’impose comme une date qui ne doit laisser une place, aussi minime soit-elle, à l’exposition à la face du monde de ‘’nos insuffisances de cohésion et divergences politiques’’.

Tout en prenant en compte les droits et devoirs des uns et des autres, souligne-t-il, le gouvernement de la République invite les forces politiques du pays et les organisations non gouvernementales de sursoir à toute marche pour permettre une commémoration digne des 60 ans d’indépendance.

Il demande aux gouverneurs, aux préfets, aux sous-préfets et secrétaires généraux de communes de prendre toutes les dispositions nécessaires à l’application de la mesure.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. Je demande aux président alpha Condé d appliquer la rigueur de la loi contre les perturbateurs de la république comme au Sénégal et en côte d’Ivoire. Dans ces 2 pays les autorités n hésites pas à mater les fauteurs de troubles

  2. Il n’y a aucune loi qui interdise de manifester la veille ou le lendemain de n’importe quelle fête nationale et surtout pas pour protester précisément contre le putsch anti-constitutionnel que le pouvoir AC vient d’orchestrer pour s’emparer du contrôle de la Cour Constitutionnelle guinéenne.
    C’est tout ce qui restait de crédibilité à l’Etat guinéen en terme de semblant d’équilibre des pouvoirs qui s’en trouve ainsi corrompu et exposé à la risée du monde entier.
    Alors que les Guinéens avisés, les forces d’opposition et les représentants de la sociale civile crédibles ont laissé le pouvoir AC s’asseoir sur la création d’une Haute Cour Justice, il n’y a rien de surprenant aux menaces à peine voilées de ce ministre RPGiste, qui ne se gêne évidemment pas entre autres de bloquer le fonctionnement de nos collectivités communales depuis février dernier.
    Une manifestation massive, organisée aux 4 coins du territoire national par l’ensemble des forces d’opposition et de la société civile guinéennes le 1er octobre 2018, serait en effet la meilleure réponse qui soit, face aux velléités d’autocratisation institutionnelle forcée de l’Etat, auxquelles nous assistons.
    Mais de toute façon, ce sont nos ultimes raisons de fierté nationale que symbolisait la date du 2 octobre qui se volatilisent ainsi hier, avec cette triste conclusion du putsch des 7 conseillers-mercenaires destituant le président légitime de notre CC (Kèlèfa Sall, ndlr). Le Mogho-Naaba de Conakry est d’évidence en passe de réussir tous ses objectifs de déstabilisation de la nation guinéenne. C’est le moins que l’on puisse constater depuis 2010 (…)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info