Ecobank
AfrikaTech
AGC
Senacip
Accueil » Libre opinion » La Cour constitutionnelle s’est-elle fait harakiri avec l’aide d’Alpha Condé ?

La Cour constitutionnelle s’est-elle fait harakiri avec l’aide d’Alpha Condé ?

La séparation des pouvoirs est un principe fondamental de la démocratie. Ce principe qui est consacré dans notre constitution serait-il en train d’être tué par le pouvoir exécutif ?

Le décret pris par le Président de la République pour remplacer Kélèfa Sall à la présidence de la Cour constitutionnelle est une atteinte grave à notre Constitution et au principe démocratique de la séparation des pouvoirs.

L’article 102 est pourtant clair : ‘’Les membres de la Cour Constitutionnelle sont inamovibles pendant la durée de leur mandat. Ils ne peuvent être poursuivis ou arrêtés sans l’autorisation de la Cour constitutionnelle, sauf cas de flagrant délit. Dans ce cas, le Président de la Cour constitutionnelle est informé, au plus tard dans les 48 heures. En cas de crimes ou délits, les membres de la Cour constitutionnelle sont justiciables de la Cour Suprême’’.

Alors comment le Président qui est pourtant garant du respect de la Constitution peut à travers un décret remplacer le président d’une institution aussi importante que la Cour constitutionnelle ? S’il fallait absolument se débarrasser de Kélèfa Sall parce qu’il était contesté par la majorité des membres de cette Cour, pourquoi ne pas saisir la Cour suprême et afin qu’elle statue sur son cas ? Cette immixtion du Président dans les affaires internes de la Cour Constitutionnelle devrait nous interpeller tous quelque soit notre obédience politique. C’est l’avenir de notre démocratie pour laquelle des centaines de personnes ont perdu la vie qui est en jeu.

Si le Président ne revient pas sur son décret, il aurait établi un précédent très dangereux pour notre pays et il aurait ôté à la Cour constitutionnelle toute sa légitimité. A partir de maintenant, qu’est-ce qui empêcherait son successeur de procéder au remplacement des membres des institutions du pays sous prétexte de palier à un prétendu dysfonctionnement au sein de celles-ci ?

Par ailleurs, les membres de la Cour devraient être les premiers à défendre l’indépendance de leur institution face à l’exécutif. Même s’ils contestent leur Président, ils devraient se soumettre aux procédures et aux normes qui s’appliquent. Ceci est d’autant plus important vu que ce sont eux qui sont censés soumettre les autres pouvoirs (législatif et exécutif) au droit. En permettant au Président de s’ingérer dans cette affaire, ils lui ont de facto cédé la souveraineté de leur institution.

Face à des juges qui ont choisi de renoncer à leur responsabilité pour des intérêts obscurs, il est de notre devoir d’assumer notre responsabilité. Il y a des sujets politiques face auxquels chaque citoyen est libre de prendre position en fonction de ses intérêts ou affinités politiques. Cependant, lorsque les fondements mêmes de notre démocratie sont attaqués, l’intérêt du pays devrait primer sur celui du parti ou de tout autre intérêt. C’est dommage qu’en Guinée, seuls les intérêts personnels motivent certains leaders politiques ou leaders d’opinion.

Jusqu’à preuve du contraire la Cour constitutionnelle ne relève d’aucun parti politique. Alors pourquoi prendre parti pour la déstabilisation de cette institution ? Pour une fois, on devrait exiger le respect de nos lois. Imaginez un peu si demain le Président prenait un décret pour remplacer le Président de l’Assemblée nationale. Tout est possible pour l’exécutif si on le lui permet. Aujourd’hui la plupart des institutions du pays sont à la solde du pouvoir et en permettant au Président de phagocyter la Cour constitutionnelle, c’est la stabilité de notre pays qui risque d’en pâtir.

Enfin, le comportement de certains journalistes et animateurs de talkshow pendant cette crise est vraiment répréhensible. Il y en a parmi eux qui sont allés jusqu’à demander à ce que le Président de la République intervienne en violation des dispositions légales. Il est vraiment dommage lorsque ceux qui sont censés exiger des comptes du pouvoir se mettent à la solde du pouvoir.

La Guinée ne sera que ce qu’on voudra qu’elle soit.

Abdoulaye BARRY
ajbarry@live.com
Portland, OR USA




One comment

  1. Ce journaliste alimentaire continu d’empoisonner la cité avec sa prise de position sur un un problème déjà classé. Si les membres de la cour sont élus par leurs paires à l’interne, ils peuvent êtres aussi dechut à interne en démettant de ses fonctions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info