Accueil » Politique » Alpha Condé, le RPG Arc-en-ciel et l’article 38 de la constitution

Alpha Condé, le RPG Arc-en-ciel et l’article 38 de la constitution

Une nouvelle crise d’émancipation couve. Mais depuis son installation à la tête de l’Exécutif en 2010, Alpha Condé réfute toute tentative d’organiser sa succession à la tête du RPG Arc-en-ciel. Ça promet !

Alpha Condé pourrait faire face à une nouvelle crise. Au sein de son parti le RPG Arc-en-ciel, l’heure n’est plus à compter le nombre de municipalités obtenues suite à l’Accord du 8 août, mais à tourner la page de l’opposant historique devenu incommodant comme l’odeur de chaussures sales.

Et pour cause ? Des gros bonnets du bureau exécutif suivant de près l’évolution sociopolitique du pays et analysant en profondeur les événements en cours dans les mairies ont demandé à cinq proches collaborateurs du président de la République  de bien vouloir se conformer à l’article 38 de la Constitution.

Cet article exige de lui de cesser de porter la casquette partisane pour ne servir désormais que les intérêts supérieurs de la nation au nom et pour le compte de laquelle il exerce les fonctions suprêmes de chef de l’Etat et de président d’une «République unitaire, indivisible, laïque, démocratique et sociale» qui «assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race, d’ethnie, de sexe, de religion et d’opinion».

Selon nos informations, c’est la crise qui attend Alpha Condé dès la fin de l’installation des conseils municipaux. Avec comme motivation légale cette disposition constitutionnelle qu’il refuse d’obéir depuis son installation au pouvoir le 23 décembre 2010 et qu’il viole constamment en se rendant aux réunions du parti et en prenant fait et cause pour les militants du Rpg Arc-en-ciel. L

e président des Rpégistes et président des guinéens est averti. Les frondeurs se disent motivés et soutenus par un mouvement d’ensemble devant contraindre leur « futur ancien leader bien-aimé » à organiser sa succession telle que le prévoient les statuts et le règlement intérieur même si ces derniers n’ont « jamais été appliqués convenablement ».

Une « assemblée élective ou approbatrice» est prévue. Un projet de Procès-verbal a prévu de tout soigner dans les moindres détails. Trois candidats sont également préparés pour la compétition en vue de « faire élire »  ou « désigner » parmi les postulants le plus représentatif pour diriger le parti de la base au sommet.

Cet événement à vivre donnera ainsi au parti l’occasion de se constituer une nouvelle direction proactive composée de personnes  intègres, ayant le sens de l’écoute, une bonne expression,  et dotées d’un attrait à la fois naturel et brillant pour faire face aux défis futurs. Mais face au j’y suis, j’y reste d’un Alpha Condé détenteur du pouvoir de nommer qui il veut, comme il veut, quand ça l’arrange, et qui ne se plie pas ingénument aux injonctions légales et règlementaires, les frondeurs ont-ils une réelle chance de manœuvrer sans se faire plumer par les apparatchiks et les inconditionnels d’ouailles habitués à semer la trouille dans le camp des contestataires ? Réponse dans les prochains jours.

Par Alpha DIALLO

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info