Ecobank
AfrikaTech
AGC
SENACIP
Accueil » Politique » Bah Oury : ‘’le président de la République a commis une erreur stratégique’’

Bah Oury : ‘’le président de la République a commis une erreur stratégique’’

L’ancien ministre de la réconciliation nationale a fait un reproche au chef de l’Etat. Bah Oury estime qu’Alpha Condé a commis une erreur en privilégiant souvent le calme et la quiétude sociale au détriment du respect de la loi.

‘’Le président de la République a commis une erreur stratégique en voulant systématiquement le calme au détriment du respect de la loi. Certains en ont abusé en disant ‘si on n’a pas ça, on va faire sortir les gens’. La loi est là, faites-la respecter. Si quelqu’un viole les dispositions de la loi, il n’a qu’à être devant la justice’’, indique l’ancien exilé politique au locataire de Sékhoutouréyah.

Dénonçant la persistance de la culture de l’impunité, Bah Oury rappelle que des responsables de l’opposition ont fait l’objet d’une plainte suite à l’incendie d’un commissariat de police à Cosa dans la banlieue de Conakry.

‘’La justice est intervenue et conformément aux textes de lois. Les organisateurs ont été interpellés pour répondre. Il y a du boucan et l’affaire a été tue’’, déplore-t-il assurant qu’en situant les responsabilités, les manifestations pourront se dérouler de manière pacifique.

‘’Il faut que de part et d’autre, les responsabilités soient situées. Les organisateurs sont responsables du comportement de leurs manifestants. Les forces de l’ordre doivent assurer la sécurité de tous les citoyens et leurs biens. Mais la loi n’a pas été appliquée. Il y a une certaine forme d’impunité. Pourquoi ce sont les petits Mamadou qui sont arrêtés et incarnés alors que nous connaissons les commanditaires ?’’, cherche à savoir l’ancien collaborateur de Cellou Dalein Diallo.

Dans son adresse à la nation, le 2 octobre dernier, le président de la République a rappelé qu’il ‘’ne faudrait pas que la logique des arrangements politiques souvent prônés par certains acteurs de la vie nationale, se substitue aux lois’’. Alpha Condé, qui reconnait que le dialogue et la concertation sur certains sujets d’intérêts nationaux sont nécessaires, a souligné la nécessité pour chaque acteur politique de se conformer aux textes prévus aux dispositifs juridiques votés à l’assemblée nationale.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224  621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

 




5 comments

  1. Encore la … monsieur BAH… On vous avez oublie meme !

  2. Il faut que chacun en prenne conscience notamment au sein de la communauté Hâli-Pular: les propos de cet homme de 59 ou 60 ans, qui se croit plus fûté que tout le monde pour avoir grandi au Sénégal, avant d’aller pousuivre quelques études en France, ne doivent pas être méprisés ou négligés.
    Si Bah Oury prétend avoir le droit de continuer à se prévaloir d’avoir crée l’UFDG, l’on se doit avant tout de lui rappeler le fait non anodin que le Doyen Bâ Mamadou n’aurait pas convaincu n’importe quel autre leader d’un parti politique sérieux, de céder pour une deuxième fois de suite, la direction de son propre parti à quelqu’un d’autre (CDD, ndlr) qui arrivait du PUP, avec de gros moyens financiers et un réel potentiel électoral. On ne peut donc pas raisonnablement « avoir le beurre, l’argent du beurre et la fermière, avec ».
    Ensuite, le parti UFDG dont ils avaient ainsi cédé la direction à CDD n’a évidemment plus aucun rapport avec la première formation polique guinéenne qu’elle était devenue probablement déjà avant la mort de Lansana Conté.
    Le leadership de ce dernier n’est certes pas des plus efficacement adaptés aux enjeux de conquête du pouvoir, dans le contexte guinéen, mais ne serait-ce qu’à travers certains de ses agissements face à la politique de corruption rampante d’AC, force est de rappeler à Bah Oury qu’il existe bien des cadres peuls plus expérimentés et plus compétents que lui, qui n’auraient pas fait mieux que CDD, dans les mêmes circonstances sociopolitiques que cache la gouvernance chaotique d’AC, qui n’en reste pas moins manifestement couverte par la tutelle étrangère.
    On ne devrait donc pas le laisser continuer à abuser ainsi de l’impassibilité collective dont nos communautés politique et intellectuelle font preuve à son égard. Car trop c’est trop, surtout par ces temps de répression politique où le tandem AC-Kassory vient d’institutionnaliser de fait les assassinats poilitiques ciblant les jeunes de « l’axe de la démocratie » guinéenne.

  3. Il a droit à la parole, manifestement il ne représente pas grand chose politiquement. De temps à autre quand il est nécessaire il faut engager le débat avec lui pour discréditer ses propos mensongères et fallacieux surtout quand il cherche à attirer l’attention des gouvernants pour faire plaire. Sinon il n’y a pas ce qu’il n’a pas dit ou fait dans sa lutte contre l’UFDG, à sa place j’allais changer de stratégie.

  4. Il v ce faire un sante politique.dites moi au élections locales combien de conseiller ba ourry à eu?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info