Ecobank
AfrikaTech
AGC
SENACIP
Accueil » Interview » Un leader de l’axe après le renforcement du dispositif sécuritaire : ‘’l’Etat a un désir ardent de nous faire taire’’

Un leader de l’axe après le renforcement du dispositif sécuritaire : ‘’l’Etat a un désir ardent de nous faire taire’’

Les autorités guinéennes ont décidé de déployer sur le terrain des patrouilles mixtes composées de militaires, policiers et gendarmes. Comment le renforcement du dispositif sécuritaire est perçu sur l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa-Kagbelen ? VisionGuinee est allé à la rencontre de Mamadou Ciré Diallo du mouvement Akhadan (Ça suffit). Entretien !

VisionGuinee : l’Etat a décidé de déployer des unités mixtes de l’armée, de la gendarmerie et de la police. Comment la nouvelle a été accueillie sur l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa-Kagbelen ?

Ciré Diallo : C’est avec un profond regret que nous l’avons apprise. L’Etat avait d’autres choses à faire à part militariser l’axe. Quand on militarise l’axe, parce qu’on dit qu’il y a la criminalité, le grand banditisme, cela nous écœure. Il y a eu des tueries sur l’axe, ils n’ont pas militarisé la zone, encore moins pendant les attaques à main armée ou kidnappings. Pendant les manifestations pacifiques, les gens censés encadrer les manifestations viennent faire des répressions barbares, sauvages. Nous enregistrons des morts, des violences,  taxer ce phénomène de grand banditisme, de criminalité, ça nous écœure. Mais, tenez-vous bien, ça nous galvanise, nous remotive. Parce nous comprenons que l’Etat a un désir ardent de nous faire taire.

Nous avons constaté la présence renforcée d’agents de défense et de sécurité depuis le lundi 19 novembre avec des pickups neufs qui ne sont pas immatriculés. Nous sommes habitués ce genre de choses. L’Etat n’est présent sur l’axe que quand il s’agit de la force, mais nous n’avons pas peur.

Renforcer le dispositif de sécurité n’est pas une première dans la zone

Par le passé, nous avons vécu des états de siège, ça n’a pas marché. En 2007, des hélicoptères surveillaient le domicile de feu Ibrahima Fofana, le syndicaliste, pour nous intimider à Dar-es-salam, ça ne nous a pas fait fléchir. Nous avons vu Dadis dans son cortège, il y avait même des hélicos. Le jour où il a commencé à changer de discours, nous lui avions rappelé qu’il allait au-delà du contrat social. Et on est sortis contre lui le 28 septembre 2009. On a enregistré beaucoup de morts, mais nous continuons la lutte pour une Guinée démocratique.

Que diriez-vous aux jeunes de l’axe ?

Aujourd’hui, le pouvoir a la hargne, la mauvaise foi et surtout l’ambition affichée de briguer un 3ème mandat. Nous cherchons aussi à resserrer nos rangs et sensibiliser nos jeunes, surtout ceux du mouvement Akhadan et la population de l’axe, pour mieux nous préparer pour les prochaines manifestations et ne  pas renoncer au combat pour l’instauration de la démocratie en Guinée. Depuis 2007, nous nous battons pour cela malgré que nous sommes terrorisés, nous enterrons nos frères et nos parents sont violentés dans nos domiciles.

Nous appelons à la vigilance des jeunes de l’axe. Nous leur demandons de ne pas agresser quelqu’un. S’ils [les agents des forces défense et de sécurité] sont venus pour nous protéger contre le grand banditisme et la criminalité, ce sont nos amis. Mais s’ils veulent restreindre nos libertés, nous ôter le droit de manifester, chercher à nous faire taire, ils nous trouveront sur leur chemin. Nous les considèrerons comme des rebelles et nous nous battrons contre eux.

Un message à l’endroit des agents des forces de défense et de sécurité déployés sur les grandes artères de l’axe ?

Nous leur demandons de faire leur travail en respectant les lois de la République. Qu’ils ne cherchent pas à brimer la population. Le jour où ils le feront, nous nous lèverons et sortirons contre eux. Tant qu’ils ne cherchent pas à brimer les habitants de l’axe, il n’y aura de problèmes entre nous.

Aliou BANGOURA, pour VisionGuinee.Info

00224 622 56 85 61/mamdia1990@gmail.com




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info