Ecobank
AfrikaTech
AGC
SENACIP
Accueil » Société » ADLaM, voir au-delà des signes

ADLaM, voir au-delà des signes

C’est une écriture alphabétique très simple : une consonne (xhial) plus une voyelle (masal) donne une syllabe (sigal/sigande).

ADLaM compte 28 lettres parmi lesquelles 23 sont des consonnes et les 5 autres des voyelles. Contrairement à d’autres écritures, en dehors de ses 28 lettres, ADLaM n’a pas beaucoup de signes supplémentaires.

D’ailleurs, pour écrire en Pular ou d’autres langues avec ADLaM, on ne se sert généralement que de 2 signes diacritiques: le tchiddal et le poodhal. Le tchiddal est utilisé pour le dédoublement des consonnes et le poodhal pour les voyelles longues.

En ADLaM, contrairement à l’anglais ou au français, les lettres conservent leur prononciation quelle que soit leur position. Seules quelques consonnes peuvent devenir muettes devant d’autres consonnes  lorsqu’elles jouent le rôle de tchiddal. Comme dans soktugol (déverrouiller) car la racine du mot est sok (verouiller) et le t n’est ici que l’infixe indiquant l’inverse ou l’opposé.

L’alphabet ADLaM est né en Guinée et est actuellement enseigné de la Gambie au Soudan en passant par la Guinée, le Liberia, la Côte d’Ivoire, etc. Il est aussi enseigné en Belgique, aux États-Unis ainsi que sur  les réseaux sociaux.

L’alphabet ADLaM est encodé avec Unicode et est actuellement disponible sur les téléphones basés sur Android 8 et 9 ainsi que le système d’opération et le navigateur internet Chrome. Donc, on peut l’utiliser avec toutes les applications de Google. On peut aussi l’utiliser sur Windows et il sera bientôt disponible sur d’autres systèmes informatiques.

Abdoulaye BARRY
ajbarry@live.com
Portland, OR USA




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info