Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
AGC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Politique » Un élu de l’UFDG invite les médias à ne pas donner la parole aux promoteurs du 3e mandat

Un élu de l’UFDG invite les médias à ne pas donner la parole aux promoteurs du 3e mandat

Sorya Bangoura, conseiller municipal de l’UFDG à Matam, ne veut pas entendre parler de troisième mandat. Ce farouche opposant au pouvoir d’Alpha Condé l’a fait savoir ce samedi 8 décembre en marge de l’assemblée générale du principal parti d’opposition.

‘’Ce qui se passe aujourd’hui était prévisible. Le président Lansana Conté, paix à son âme, nous avait prévenus. Il nous avait dit qu’il a fait son choix pour trouver les meilleurs cadres guinéens. Il nous a dit de faire attention au virus politique, au mal et au poison’’, rappelle Sorya Sorel Bangoura

A l’en croire, ‘’le troisième mandat n’existe pas en Guinée. C’est aux guinéens de décider de leur avenir. Pourquoi parler d’un troisième mandat ? On a accordé un plus par tricherie à l’équipe d’Alpha Condé’’

Le fédéral de l’UFDG à Matam dit à qui veut l’entendre que la constitution n’autorise que deux mandats successifs.  ‘’Ne parlez de troisième mandat. J’intime les journalistes de ne pas en parler. N’invitez pas les gens à ce débat qui n’existe pas. Nous devons respecter notre constitution. Nous devons savoir qui nous sommes. Il n’y aura donc pas de troisième mandat’’, insiste-t-il encore.

Djiwo BARRY, pour VisionGuinee.Info

00224 621 85 28 75/djiwo.barry@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. La presse interroge ou pas les acolytes ou les promoteurs du 3ème mandat, si c’est avéré vrai à travers l’annonce d’Alpha Condé, parce qu’il va se prononcer tôt ou tard par OUI ou NON, en cas de Oui, la solution la plus démocratique et efficace c’est l’insurrection populaire, comme t-elle a été le cas au Burkina Faso au temps de Blaise . En retient notre actuelle constitution en vigueur date de 2010 élaborée par le CNT composé des (syndicats, forces vives , les partis politiques) qui jouait pleinement le rôle de l’Assemblée nationale qui dispose en ses articles 27 que la durée et le nombre du mandat présidentiel est de 5 ans renouvelable une fois, et aux articles 154 qui portent l’intangibilité sur la modification ou le référendum de l’article 27. De même c’est conformément sur la base de cette constitution que Mr Alpha Condé est élu en 2010 et réélu en 2015 en passant par des élections législatives en 2013, à l’installation des institutions républicaines jusqu’aux élections communales de 2018 . En plus Mr Alpha Condé est venu au pouvoir de la même année presque avec Alhassan Draman Ouattara de la côte d’Ivoire, Mohamadou issoufou du Niger, Mohamed Ould Abdelaziz de la Mauritanie. Tous ceux-ci ont déclarés a leurs peuples, leurs abstentions au 3ème mandat au nom de la démocratie et le respect de leurs constitutions respectives. En Guinée la réponse à la même question est va-en guerre et pour reveiller le massacre et imposer la dictature, Alpha Condé et ses acolytes dans l’ignorance totale soutiennent que c’est le peuple qui décidera sous-entend son projet de son 3ème mandat. Alors le blocage de ce projet n’est ni à l’Assemblée nationale qui d’ailleurs sera illégale à partir du 13 janvier au 5 Avril 2019 car rien de sérieux n’est mis en place, et aucun signe de volonté politique pour organiser l’élection législative à date, et à temps, ni à la cour constitutionnelle qui est désormais devenue partisane et sans confiance pour les cas de litige et contentieux électoral. Donc vue sans recours constitutionnel, et vue leur intention de modifier la constitution avec toutes les annonces dans ce sens venant des hautes personnalités du régime et du RPG par ci par là, c’est donc obligatoirement la rue à travers les manifestations intempestives dans tout le pays le moment venu . Cette lutte ne serait pas uniquement le combat de l’OR, mais de tous les citoyens épris de paix et de justice . Comme ça été le cas au Burkina Faso. Si tel n’est pas le cas rien n’empêchera ce gouvernement à ne pas déverrouiller et enfin modifier la constitution pour la présidence à vie. Wasalam ??

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info