Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Aboubacar Soumah à ses détracteurs : ‘’Nous ne sommes pas manipulés par des politiciens’’

Aboubacar Soumah à ses détracteurs : ‘’Nous ne sommes pas manipulés par des politiciens’’

Samedi, face à des enseignants grévistes au siège du SLECG, Aboubacar Soumah, a indiqué sa ferme détermination à continuer le combat pour l’obtention d’un salaire de base de huit millions de francs guinéens pour les professionnels de l’éducation.

Pour le patron du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), après trois mois de grève, ‘’reprendre les cours sans que nous n’ayons quelque chose, c’est comme si nous n’étions pas des fils de ce pays’’.

‘’L’heure n’’est pas au recul. Dans certaines préfectures, il y a effectivement eu reprise des cours notamment en Haute Guinée. C’est pourquoi, nous avons fait appel aux secrétaires généraux du SLECG en Haute Guinée afin qu’ils comprennent que c’est une revendication n’est ni politique, ni ethnique, ni régionaliste, ni communautaire’’, indique-t-il à l’assistance.

Aboubacar Soumah de préciser que la grève des revendications n’est rien qu’une ‘’revendication professionnelle qui concerne les enseignants de notre pays. Le caractère ethnique qu’on veut imprimer à notre revendication, il faut que nous comprenions que ce sont les politiciens qui agissent de cette manière’’.

Il accuse le gouvernement de passer par ‘’tous les moyens pour saper’’ le mouvement de grève’’. A l’en croire, les autorités ont réussi à démotiver les grévistes en Haute Guinée en ‘’tirant sur la fibre ethnique et dans des écoles de la capitale dirigée par des militants qui invitent les enseignants de leur ethnie à reprendre les cours’’.

Pourtant, tient-il à tirer au clair, ‘’quand nous nous sommes battus pour les 40%, tout le monde en a bénéficié. Personne n’a dit qu’il ne prendra pas parce que ce n’est pas le fruit de sa lutte. Pendant que nous sommes en train de nous battre pour les 8 millions GNF, d’autres se permettent de quitter nos rangs pour aller enseigner. Il faut qu’ils comprennent que ce n’est pas un combat politique et que nous ne sommes pas manipulés par des politiciens’’.

Salématou BALDE, pour VisionGuinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info