Ecobank
AfrikaTech
AGC
SENACIP
Accueil » Société » Aboubacar Soumah dévoile le point d’achoppement des négociations

Aboubacar Soumah dévoile le point d’achoppement des négociations

Pour le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), le moment est critique. Lui qui ne voulait pas révéler au grand public le contenu de l’accord avant sa signature, a fini par lever un coin de voile sur la principale pomme de discordance entre les grévistes et le gouvernement.

Selon Aboubacar Soumah, ‘’malgré les morts, les condamnations, les bastonnades’’, dans les rangs des enseignants tout au long de la grève, ‘’on a accepté d’être flexibles pour prouver que nous sommes soucieux de l’avenir du pays. On a accepté d’orienter l’amélioration de nos conditions de vie, notamment les salaires, sur les revenus engrangés suite à l’assainissement du fichier de l’éducation’’.

En renonçant à la revendication salariale, le SLECG accepte une proposition qui lui a été faite pour mettre fin à la crise. Le syndicat se range du côté du gouvernement pour déceler les enseignants fictifs qui émargent au compte du trésor public.

‘’Soucieux de l’avenir du pays, nous avons fini par accepter. Donc, il était question, sur proposition du gouvernement, que la partie gouvernementale, l’USTG et le SLECG se mettent en commission pour aller dénicher les cas de fictifs à tous les niveaux et que les revenus soient orientés uniquement sur le salaire de base des enseignants. Le point d’achoppement a été à ce niveau’’, révèle-t-il après un énième report de la signature de l’accord de sortie de crise.

Selon le meneur de la grève, ‘’ils ont voulu orienter [ces fonds] sur les primes des enseignants, nous avons dit non. Il faut que ça soit orienté sur le salaire de base conformément à la logique des 8 millions de francs guinéens. Nous avons exigé que l’argent soit orienté uniquement sur le salaire de base. Cela avait été accepté par le gouvernement’’.

Mais les choses ne se sont passées comme prévu. Il accuse des cadres de l’administration de s’opposer à la suppression des fictifs dans le fichier des enseignants au sein de la Fonction publique. ‘’C’est de ça qu’ils vivent, c’est à travers cela qu’ils construisent des villas, des immeubles et envoient leurs enfants à l’étranger. C’est pour cela qu’ils s’opposent. Et comme il y a des complicités dans le gouvernement, ils refusent catégoriquement d’accéder à la signature de ce protocole’’, proteste-t-il appelant à la mobilisation pour faire plier les autorités.

Salématou BALDE, pour VisionGuinee.Info




2 comments

  1. Tant que ce burkinabé alifa kone sera à la tête de notre pays rien n’ira de l’avant. Il n’a rien en Guinée et il est d’origine burkinabé malienne donc tout son souci c’est de mettre le ko pour détourner l’attention sur les vols qu’il opère tous les jours. Plus que temps qu’on se lève pour le chasser.

  2. Si alpha est burkinabe,qui tu est toi?mauritanien que tu est.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info