Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
AGC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » L’accord de sortie de crise, enfin signé !

L’accord de sortie de crise, enfin signé !

Ça y est, cette fois, c’est la bonne ! L’accord de sortie de crise attendu depuis plus de 72 heures a été signé ce jeudi 10 janvier dans l’enceinte du palais du peuple en présence d’enseignants grévistes.

L’inspecteur général du travail, au nom du gouvernement, s’est dit conscient des perturbations des cours enregistrées dans le déroulement normal des cours depuis l’ouverture des classes.

Dans le protocole d’accord rendu public ce jeudi soir, le gouvernement accepte de dégeler le salaire des enseignants qui ont suivi le mot d’ordre de grève.

Avec le SLECG, il entend mettre en place, à compter du lundi 21 janvier 2019, une commission mixte en vue de procéder à l’assainissement du fichier des fonctionnaires enseignants.

Les économies réalisées après cet assainissement seront affectées sur le salaire de base des enseignants. Les modalités de répartition seront définies en commun accord avec les acteurs concernés, selon Dr. Alya Camara, inspecteur général du travail.

Le gouvernement s’est engagé à mettre à la disposition de cette commission les ressources nécessaires pour la réalisation de cette opération.

Il accepte de rétablir à leurs postes les enseignants mutés ou démis de leurs fonctions pour fait de grève et d’engager à la fonction publique 10 homologues en service à l’université de Kindia.

Le gouvernement a annoncé avoir initié, dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des enseignants, un vaste programme de construction de logements sociaux dont la priorité sera donnée aux enseignants.

Il promet de poursuivre le paiement des 40% d’augmentation de salaire accordée aux enseignants ayant fait valoir leurs droits à la retrait au 31 décembre 2017.

Les deux parties se sont entendues sur la en place d’un comité mixte de suivi et évaluation dudit accord, tout en précisant que nul ne sera sanctionné ou poursuivi pour fait de grève.

Le SLECG s’engage à organiser des cours de rattrapage à tous les niveaux pour combler le retard accusé pendant la grève.

Salématou BALDE, pour VisionGuinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Oh sont les 8 millions?le gbeleya les a pousser a reprendre leur boulot.Ac il faut ceder la presidence at kassory pourqu’il puisse s’occuper ces opposant qui seme la pagaille dans la cite.

  2. Une grève stupide n’aboutit jamais. Ils viennent d’accepter ce qu’ils ont refusé depuis le début après avoir fait perdre inutilement 3 mois de cours à certains enfants. Où sont passés les 8 millions ou un montant consistant des 8 millions? Ça servira d’exemple aux autres plaisantins. Félicitations à Kassory pour sa fermeté !

  3. C’est là un bel exemple de mouvement de contestation légitime réussi face un Etat dont la priorité est sans conteste de créer des écrans d’enfumage de l’opinion, pour pouvoir piller les ressources du pays.
    Les grévistes du SLECG, qui avaient réclamé un salaire de 8 millions GNF/mois pour améliorer leurs conditions de vie, n’ont jamais été invités sérieusement à négocier par le tandem AC-KASSORY, et pour cause. Ce qui en dit long sur tout le mépris que l’un et l’autre éprouvent manifestement pour l’avenir de ce pays, dont l’Enseignement et la Recherche constitueront le plus sérieux vecteur de développement.
    En signant enfin cette dernière mouture d’accord de sortie de crise, M. Aboubacar Soumah et ses amis ouvrent non seulement la voie à un espoir d’assainissement des rouages crapuleux de l’Etat RPGiste dans ce secteur vital de l’éducation nationale, mais ils donnent surtout une véritable leçon de détermination et d’efficacité notamment à certains acteurs crédibles de la scène politique guinéenne.
    Mais espérons cependant qu’ils sauront rester vigilants et bien s’instruire des expériences calamiteuses de non-respect des engagements de l’Etat-AC, pour ne pas se faire rouler dans la farine, comme d’autres avant eux (…)
    Quant à l’arrogant PM d’AC, si sa réputation sulfureuse n’était pas déjà faite par ailleurs, c’est lui que cette longue crise stupide et inutile disqualifierait le plus et ce, de manière définitive.
    Vivement donc la fin du cauchemar de cette gouvernance chaotique !!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info