Guinee Games
Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Matoto : l’avocat de l’UFDG crie à la victoire après que le verdict de la cour suprême

Matoto : l’avocat de l’UFDG crie à la victoire après que le verdict de la cour suprême

Saisie pour excès de pouvoir par une requête de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), la cour suprême a rendu son verdict, ce jeudi 31 janvier, dans le bras de fer qui oppose le principal parti d’opposition au ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

La plus haute juridiction du pays s’est déclarée incompétente à juger le dossier. ‘’La cour a déclaré que notre recours est recevable en la forme. Sur le fond, elle a constaté que la décision du ministre [Bouréma Condé] est indissociable du contentieux électoral. En conséquence, elle s’est déclarée incompétente’’, a expliqué Maitre Salifou Béovogui, avocat du candidat de l’UFDG à la mairie de Matoto, Kalémodou Yansané.

Et de poursuivre : ‘’La conséquence que nous tirons de cette décision, c’est que nous sortons vainqueurs. La chambre administrative n’a pas considéré la décision du ministre de l’administration du territoire. Elle a estimé qu’il n’appartient pas au ministre de l’administration du territoire de prendre une décision en lieu et place d’un tribunal’’.

Maitre Béavogui se dit satisfait du verdict de la cour suprême qui, selon lui, a estimé que la ‘’décision du ministre de l’administration du territoire est nulle par rapport à l’article 114 qui donne la compétence au tribunal de première instance de trancher’’.

Criant victoire, l’avocat affirme que le maire de Matoto a été déjà élu. ‘’Le processus doit continuer avec l’élection de ses adjoints. Car il n’y a eu aucun recours devant le tribunal de première instance de Mafanco dans les délais requis. Donc, personne ne peut plus aller se plaindre devant les tribunaux’’.

‘’Nous sommes dans un Etat de droit. L’administration ne peut plus décider. Seul le tribunal de première instance de Mafanco  peut ordonner la reprise de l’élection. Mais il se trouve qu’aucune des deux parties n’a saisi ce tribunal. En conséquence, on ne peut plus reprendre l’élection du maire’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

5 comments

  1. Alifa kone faux professeur de droit. Quel droit t’as appris à La Sorbonne mR sorbonnard ??!

  2. Celui là,j’avoue qu’il est bien culotté pour se payer a tête de l’ufdg après avoir été débouté et renvoyé sans commune mesure à mieux se pourvoir!

    De toutes les façons, chez nos amis de l’ufdg,on aime pas la vérité il faut tout maquiller en victoire même quand il s’agit d’une déculottée inoubliable mdr.

  3. Tout le monde entier avait les yeux rivés sur ce dossier à la Cour Suprême en ce qui concerne cette situation d’élection du Maire de Matoto.Comme le Verdict est tombé,il faut continuer à élire les autres membres (conseillers) de la Mairie.Une bonne leçon pour les Sirènes révisionnistes de la Constitution Guinéenne.Car,nous devons respecté les Règles de droit pour pouvoir attirer des Investisseurs étrangers en Guinée.Finalement,c’est une bonne paire de Gifle pour le Ministre de Tutelle.

  4. UN EXTRAIT DE LA PRONONCIATION DU JUGE DE LA COUR SURPREME ICI BAS POUR LES NEGATIONNISTES… BOURAMA CONDE EST UN NULARD QUI NE CONNAIT PAS LES LIMITES DE SES FOCTIONS…..UNE BELLE PAIRE DE JIFFLE POUR LUI…VOIR EN BAS…

    Bouréma Condé indexé…

    ‘’Il faut que les gens sachent, dans ce pays, quand ils occupent une fonction, quelles sont leurs attributions, l’étendue de leurs compétences. Le ministre doit savoir là où il est ce que la loi lui dit de faire. Aujourd’hui, ce n’est pas le seul ministre qui viole la loi. Tous les problèmes que nous avons, c’est parce que nous avons violé la loi et nous sommes allés dans les accords colmatés’’, martèle-t-il.

    ‘’Dans quel pays sommes-nous ? Que voulons-nous pour notre pays ? L’Etat de droit que nous voulons construire ne peut se faire sans le respect scrupuleux de la loi. Il faut que tout le monde sache que la loi s’impose à chacun sans exception’’.

    • Je ne serais pas loin de te taxer de victime de ton propre effet de miroir!
      Car, tu fais la confusion sémantique entre un procureur et un juge et c’est toi qui prétends qualifier Bouréma Condé de nullard.
      Wallahi, certains Guinéens marchent sur la tête pour ne pas dire sans tête!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info