Ecobank
AfrikaTech
AGC
Tech Generation
Accueil » Libre opinion » Blocage du budget du chef de file de l’opposition : portez plainte, Cellou Dalein Diallo !

Blocage du budget du chef de file de l’opposition : portez plainte, Cellou Dalein Diallo !

Nous venons de lire dans VisionGuinee.Info, qui rapportait vos propos lors d’une interview que vous avez accordée à une chaîne de télévision basée en France, que le budget alloué au Chef de file de l’opposition, que vous êtes, est bloqué. Comme c’est une dépense légale de l’État, pas de raison de le bloquer.

S’il est bloqué, est-ce parce que vous ne faites pas correctement votre boulot ? Est-ce lié à votre personne ou à votre parti UFDG ? Une chose est sûre : si Sidya Touré était à votre place, que son parti avait la force du vôtre, une telle situation ne se serait jamais produite. D’ailleurs, avec  le chef de l’UFR, le RPG et Alpha Condé auraient été plus respectueux des lois en vigueur en Guinée.

Vous irez sur tous les plateaux de télévisions du monde, en commençant par ceux de Guinée, dans toutes les salles de nouvelles de Conakry, d’Abidjan, Dakar, Paris, Bruxelles, etc. pour dire que votre budget est bloqué, que Alpha Condé est dictateur, que la corruption est galopante en Guinée, que les postes de militaires, de policiers et de gendarmes sont implantés dans tous vos fiefs, les gens n’auront plus le temps de vous écouter. Ils sont fatigués d’écouter ce disque rayé. Faites autre chose que de demander aux gens de marcher pour  paralyser la ville de Conakry, observer des villes mortes.

Avec la récente décision de la Cour suprême, où chacun a lu les propos du Procureur Fernandez, disant que le Général-Ministre Bouréma Condé n’avait pas le droit d’annuler l’élection qui a porté M. Kalémodou Yansané à la Mairie de Matoto, nous devrions commencer à croire au courage de nos magistrats à dire la Loi, la vérité. Nous approuvons la décision de l’UFDG d’aller contester devant le Tribunal de Matam le semblant d’élection du Conseil de Matoto avec Toss Camara comme Maire.

Car, nous ne voyons pas comment un juge, à la lumière des lois en vigueur au pays, du jugement de la Cour suprême, pourrait annuler l’élection de Kalémodou Yansané le 15 décembre 2018. Mieux encore, cette élection n’a jamais été contestée par Toss Camara et les autres conseillers ou encore par le RPG arc-en-ciel. Donc, normalement, selon la loi en vigueur en Guinée, les juges de Matam n’auront qu’à ordonner la continuation de l’élection des autres postes qui restaient à pourvoir. Surtout que c’est un militant du RPG Arc-en-ciel, le sieur Balla Moussa Keïta, qui plus est un de leurs candidats non élus, qui a perturbé le processus électoral et déchiré les bulletins.

Vous dites que c’est seulement en 2017 que vous avez reçu votre budget. Rien avant et rien depuis ? Si vos conseillers et autres collaborateurs travaillaient comme vos avocats, Me Béa en premier, s’ils étaient aussi déterminés que vos militants et militantes, qui sont de toutes les ethnies et de toutes les régions, cette situation ne se serait pas posée. Je crois que vous ne contrôlez plus votre parti, tout comme d’ailleurs le président Alpha Condé, que des clans de son RPG Arc-en-ciel, noient dans le fleuve politique guinéen avec cette histoire de 3ème mandat. Chacun d’entre vous est entouré (encombré devrait être le terme approprié) de béni oui-oui, qui ne défendent que leurs intérêts.

Le budget du Chef de file de l’opposition n’est pas un budget pour le titulaire (vous) ni celui de son parti (UFDG dans le cas présent), ni un butin à partager avec d’autres partis se disant de l’Opposition. Il est dédié au fonctionnement de cette institution républicaine. Et ce, principalement pour le paiement de bureau, les salaires du personnel et même le salaire du Chef de file qui devrait cesser d’être le chef de son parti. Le Cabinet du Chef de file de l’opposition devrait être composé de technocrates et non des militants politiques. Ceux-ci devraient être des juristes, économistes, sociologues, etc., qui aideront à faire des propositions allant dans le sens de mener le pays vers l’émergence, donc dans la paix, l’unité nationale, l’équité.

Vous pourriez par exemple demander au président Alpha Condé de mettre en place un Comité national afin de mettre à jour le PNDS pour l’horizon 2025, année d’organisation de la Coupe des nations par la Guinée : construire des stades et réaliser le chemin de fer Conakry-Bamako. Il est vrai que le contrat sino-guinéen est compromis, mais l’opposition pourrait aider à le sauver. S’ils (Alpha Condé et la Mouvance présidentielle) ne le veulent pas, alors démontrez aux gens qu’est-ce que vous allez faire au lendemain de la  présidentielle de 2020, dont vous êtes sûr d’être le gagnant.

Monsieur le Chef de file de l’opposition, introduisez les recours devant les tribunaux et cessez d’envoyer les gens dans la rue. Les démocrates du pays apprécieront votre démarche. Mettez-vous à l’écoute des colombes de la paix et jamais plus des va-t-en guerre de tous les bords, qui vous exposent à tous les dangers, y compris un « assassinat accidentel» comme certains l’ont tenté le 23 octobre dernier alors que, dans votre voiture de commandement, vous étiez accompagné de Dr. Faya Millimono le leader du Bloc Libéral.

L’UFDG est devenue incontestablement la première force politique de Guinée, notamment en Basse Guinée et surtout à Conakry. Ni la Mouvance présidentielle, encore moins le groupement que Sidya Touré, Bah Oury et dit-on Lansana Kouyaté veulent créer, ne pourront arrêter la vague du changement en 2020. Mais pour cela, quittez la rue, allez devant les tribunaux et les autres forums comme la Francophonie, l’Union européenne et les Nations unies. Ayez un programme de développement économique et social lisible, qui va augmenter les rangs de votre parti et de vos électeurs. En tout cas, retenez que nos cotisations ne reprendront que lorsque vous irez défendre les droits des guinéennes et guinéens devant les tribunaux guinéens et de la CEDEAO.

Alors portez cette affaire de budget du Chef de file de l’opposition devant les tribunaux. C’est mieux que de mobiliser des dizaines, voire même des centaines  de milliers de personnes dans les rues pour des marches à haut risque, qui finissent toujours avec des vies fauchées.

Amadou Mouctar DIALLO
Dakar, Sénégal

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

5 comments

  1. Mr Mouctar Diallo, je comprends parfaitement votre déception qui vous a motivé d’écrire cet article mais vous savez bien que la vie humaine est plus chère que l ‘argent. Avec toutes les tueries des militants de l’UFDG qui ont été commises par le régime en place, des plaintes ont été déposées mais quelle a été la suite? si vous répondez à cette question vous comprendrez pourquoi Cellou n’a pas porté plainte

  2. Comme l’on dit communément, « il y a à boire et à manger » dans cette analyse de M. Amadou Mouctar Diallo. Mais la première idée qui frappe le plus, est qu’il ne vit pas en Guinée ou ne connaît pas suffisamment le contexte sociopolitique et judiciaire guinéen qui est certainement le plus ethnicisé et corrompu de notre sous-région.
    Sinon, comment CDD peut demander à AC de réaliser une liaison ferroviaire entre le Mali et la Guinée (et donc entre Conakry et Bamako), alors que pour parcourir les 64 km de piste qui séparent les préfectures de Labé et de Koubia, il peut en coûter à l’automobiliste bien équipé entre 2 et 3 heures d’efforts et de patience encore aujourd’hui, en 2019. Et Koubia est le chef-lieu de quelques communes rurales très (maraboutiquement) courues par les plus hauts dignitaires de l’Etat guinéens et ce, depuis l’époque d’un certain Général-président disparu. Il faut préciser à leur décharge, que c’est plutôt par hélicoptère que nos chefs d’Etat ont coutume d’aller « consulter » entre autres à Madina Gnannou (…)
    Et quand il s’agit du Fouta ou des populations peules, on sait que les obligations de l’Etat guinéen ne posent pas dans les mêmes termes qu’ailleurs, avec d’autres communautés du pays.
    L’indemnité allouée au CFO guinéenne souffrait dès le départ du fait d’avoir été imaginée et fixée à mauvais dessein politique par AC et ses stratèges. CDD aurait dû simplement exiger que son montant, qui est on ne peut plus pharaonique au vu regard de la misère ambiante du pays, soit également soumis au vote des députés de l’AN, tout comme le statut l’a été (…)
    Autant dire au frère A. Mouctar que quand il s’agit d’argent, notre bon chevalier de l’éveil démocratique et par trop adepte de la paix civile, n’est malheureusement pas toujours le mieux avisé ou le mieux conseillé au sein de l’actuelle classe politique guinéenne. Et chacun sait « qu’il ne faut pas tuer la poule pour avoir l’oeuf ». (Proverbe français)
    Par contre, à la différence de la communauté internationale, de l’UE, de l’OIF et de l’ONU, les instances juridiques de la CEDEAO offriraient de réelles possibilités de recours à l’UFDG et à son leader et CFO guinéenne. Mais le tout tiendra nécessairement à un minimum de rigueur et de cohérence tant dans la stratégie de management interne du parti, que dans celle de l’animation du collectif de partis politiques se réclamant de l’opposition républicaine.
    Quant au maire abusivement déchu de Matoto, Kalémodou Yansané, il a toutes ses chances s’il ne cède pas aux sirènes de la corruption ambiante du tandem AC-KASSORY, pour récupérer ses droits par le biais de la justice guinénne. Car il est soussou (et non peul) au même titre que son adversaire que l’Etat RPGiste a choisi d’imposer aux électeurs de cette commune devenue ô combien politiquement symbolique du pays.
    Il ne devrait donc pas baisser les bras comme même les toutes premières réactions de son mentor CDD tendaient à le lui suggérer, par maladresse de langage peut-être (…)

  3. Vous savez bien que la plainte de Cellou ne peut pas prospérer dans la mesure que les manifestations organisées par son parti n’étaient pas autorisées. S’il a fait, il doit être interpellé et confondu. Mais au nom de la paix et la stabilité politique les juges se sont abstenus de faire arrêté Cellou pour troubles à l’ordre public ayant entraîné des morts d’hommes et des blessés graves.

  4. Amadou Mouctar Diallo

    Mon cher Alpha, merci d’avoir lu ma tribune. Justice sera rendue un jour, que je souhaite proche, aux victimes de la répression des différents gouvernements, notamment ceux qui ont été fauchés par les balles de forces dites de défense et de sécurité (Police, Gendarmerie et Militaire) depuis 2006. Ces cas ont été portés devant les tribunaux, qui ne les ont pas examinés. Je suis d’accord avec vous.
    Mais concernant le budget du Chef de file de l’Opposition, c’est un autre cas. Il s’agit de la violation de la Loi et comme des Magistrats commencent à refuser le diktat du pouvoir, lorsque les dispositions légales leur en donnent l’occasion, il faut le faire et ce, tant de fois que nécessaire. C’est plus efficace que d’envoyer les gens dans les rues.
    Si les choses marchaient correctement au niveau de l’entourage de M. Cellou Dalein Diallo, cette affaire devrait être portée devant les tribunaux pour réclamer cet argent. Ce n’est pas une faveur qu’Alpha Condé et son RPG accordent à l’Opposition.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info