Ecobank
AfrikaTech
AGC
Tech Generation
Accueil » Interview » COCAN 2025 : « C’est un Comité stratégique », selon Zaïnoul Abidine Barry

COCAN 2025 : « C’est un Comité stratégique », selon Zaïnoul Abidine Barry

Au lendemain de la mise en place du nouveau Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN) 2025, notre rédaction a tendu son micro à un des responsables des commissions techniques, en la personne de M. Zaïnoul Abidine Barry, président de la Commission Hébergement et Restauration, actuellement en séjour à Paris, pour recueillir son avis.

Au cours de cet entretien téléphonique, M. Barry nous parle non seulement des enjeux liés à l’organisation de la CAN, mais aussi des différents axes stratégiques sur lesquels cette nouvelle équipe devrait s’appuyer pour la réussite de sa mission.  Lisez….

Kababachir.com : Un nouveau Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN) 2025 vient d’être mis en place par le gouvernement. Quelle est votre lecture de cette nouvelle équipe ?

Zaïnoul Abidine Barry: D’abord, avant de parler du COCAN, permettrez-moi de féliciter le Ministre Bantama Sow et le président de la Fédération Guinéenne de football (FEGUIFOOT) M. Antonio Souaré pour les démarches utiles menées auprès de la CAF pour confirmer l’octroi de l’organisation de la CAN 2025 à notre pays. Parce qu’après le glissement des CAN 2021, 2023 pour d’autres pays organisateurs, il fallait une confirmation officielle pour la Guinée. Donc, nous sommes maintenant rassurés et motivés que la Guinée organisera cette compétition en 2025. Ceci étant, nous devons nous mettre immédiatement au travail.

Pour revenir à votre question, la mise en place d’un nouveau comité de pilotage est un acte salutaire, on attendait cela depuis longtemps. Je me réjouis que le gouvernement à travers le Département des Sports a décidé de prendre les choses en mains, en mettant en place un nouveau comité que moi j’appelle « comité stratégique » pouvant dynamiser les choses. Vous savez, le temps passe vite, 2025 c’est pour bientôt. Donc nous devons déjà nous mettre au travail pour mieux réussir cet événement.

Pourquoi dites-vous que ce comité est « stratégique » ?

De par sa configuration, il y a de la matière (politique, technique et professionnelle).

Politiquement, c’est un acte d’engagement et de responsabilité que le gouvernement vient de prendre. Je voudrais parler de la volonté politique affichée du gouvernement. Lorsque c’est le Ministre des Sports lui-même qui préside le comité de pilotage, il peut porter la parole au niveau du Gouvernement ou au niveau du Président de la République, il peut prendre rapidement des initiatives et faciliter la prise des décisions pour mieux doter le comité des moyens nécessaires l’accomplissement de sa mission.

Il peut également faciliter l’implication et l’adhésion des partenaires techniques nationaux et étrangers. Mieux, il y a dans ce comité des conseillers du Premier ministre, mais ce qui est encore plus marquant c’est l’implication des gouverneurs des régions, parce que ces derniers jouent et peuvent jouer un rôle important dans la stratégie qui sera définie par le Comité de pilotage. Pour ce lui qui connait les exigences de la CAF (chapitre 42 du règlement intérieur), il faut noter également que c’est une grande responsabilité qu’un pays prend aujourd’hui pour l’organisation d’une CAN. Ce n’est plus comme par le passé, parce qu’aujourd’hui, comme vous le savez, la CAN est devenue une compétition à grandes échelles vue le nombre de pays qui participent, parce que de 16 auparavant, on est passé à 24 équipes aujourd’hui.

Parlant de l’aspect Technique et professionnel de la nouvelle équipe, nous pensons que la présence de l’international guinéen Aboubacar Titi CAMARA, qui occupe le poste de conseiller spécial, du président de l’association organisatrice (FEGUIFOOT) M. Antonio Souaré, d’autres personnalités du secteur comme Amadou DIABY, Fodé Bouya Fofana, Ibrahima Blasco Barry et les cadres techniciens du Département des sports avertis sur le contenu du cahier des charges de la CAF, aura tout son poids pour la réussite de cet événement tant attendu.

Pour moi, ces techniciens et professionnels habitués des grands événements sportifs peuvent mieux orienter les commissions techniques du COCAN dans la préparation de la CAN 2025. En tout cas, c’est un bon début et nous pensons qu’avec la détermination des uns et des autres et la volonté affichée du gouvernement, cet événement sportif  sera couronné de succès.

Pensez-vous qu’il faut maintenir les mêmes commissions techniques  de l’ancien COCAN 2023 ?

Oui. Je pense même si on peut renforcer certaines commissions tout en tenant compte de leur feuille de route pour mieux travailler sur le terrain et répondre aux attentes, pourquoi pas ? Ces commissions ont déjà commencé à travailler. A ce jour, ils ont même déposé leurs fiches techniques de description des tâches. Il faut se rappeler d’ailleurs qu’une mission composée de plusieurs commissions de l’ancien COCAN avait effectué la première mission de prospection dans les régions du pays entre février et mars 2018.

Pendant quatre semaines, nous avons pu faire un diagnostic microscopique de la situation globale et un rapport fidèle avait été produit à cet effet. D’ailleurs, ce rapport permettra au nouveau comité d’avoir une idée générale de la situation et les différentes tâches qui nous attendent à 6 ans de la compétition.

Il faut se dire que malgré les maigres moyens, les membres de cette mission avaient fait un travail remarquable sur le terrain et connaissent parfaitement bien le dossier. A mon avis, ces commissions qui ont effectué ces travaux peuvent constituer une ressource nécessaire et un atout pour faciliter la continuation des travaux de préparatoires de la CAN 2025.

Malgré ces annonces, beaucoup de guinéens restent pessimistes quant à  la possibilité de la Guinée d’abriter cette compétition. Quel est votre avis ?

C’est vous qui dites que les guinéens sont pessimistes. Moi, je ne parle pas de pessimisme, je parle plutôt de défi à relever et de fierté nationale, par ce que c’est la première fois et sous ce régime qu’on octroi à la Guinée la possibilité d’organiser une Coupe d’Afrique des Nations, avec 24 équipes à l’affiche. C’est une marque de confiance à la Guinée. Nous devons tous nous mobiliser, chacun dans son domaine pour que cette fête du football Africain qui se tiendra en Guinée, soit couronnée de succès.

Vous qui aviez pris part à la mission de prospections des sites devant abriter cette compétition à Conakry et à l’intérieur du pays. Quel a été le constat sur le terrain tant sur le plan d’infrastructures sportives et hôtelières que des opportunités d’investissements ?

Au cours de cette mission de prospection dans les régions Boké, Kindia, Labé, Kankan, Nzérékoré et dans la capitale Conakry, nous avons rencontré des autorités administratives disponibles et déterminées à accompagner le COCAN dans cette difficile et noble mission.

Chaque gouverneur ou préfet veut que sa région soit parmi les sites qui seront choisis. En plus, nous avons rencontré une jeunesse enthousiaste et engagée à s’investir pour la réussite de l’énervement. Je pense qu’avec la mise en place de ce comité de pilotage les choses sérieuses vont commencer et chacun aura la réponse à sa question.

Cette mission était importante, parce que nous sommes parvenus à expliquer aux uns et aux autres, les enjeux de l’organisation d’une Coupe d’Afrique des Nations. Je pense d’ailleurs qu’il serait mieux pour une question d’équilibre, d’élargir l’installation des sites aux autres régions comme Faranah et Mamou parce qu’au-delà de l’aspect sportif, l’organisation de la CAN est un facteur de développement à la base. Des infrastructures de tout genre vont être construites dans les différentes régions du pays. Des stades, des hôpitaux, des hôtels, des aéroports, des routes pour relier ces infrastructures, des équipements, sans oublier l’électricité, le câblage numérique, le Web et l’emploi des jeunes.

C’est en quelque sorte tous les secteurs qui vont être boostés par l’événement. C’est pourquoi, je salue l’implication et la participation des gouverneurs dans la dynamique de la préparation.

Mais nous regrettons du fait que la presse n’était pas associée à cette mission de prospection.

Non ! Peut-être la presse privée. Sinon la RTG était là et elle a couvert toutes nos activités, de même que la cellule de communication du gouvernement. Mais rassurez-vous que les prochains événements, la presse privée sera associée à tous les niveaux et dans toutes nos activités.

A vous entendre parler, on sent que vous êtes motivé.

Bien sûr que oui. Parce que c’est un défi à relever et une fierté nationale pour moi et pour tous les guinéens d’ailleurs.

Qu’est-ce que vous attendez du nouveau Comité ?

C’est de définir les axes prioritaires et mettre les commissions techniques à la tâche.

Merci M. Barry

C’est à moi de vous remercier.

Entretien réalisé par Abdoul Wahab BARRY, pour Kababachir.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info