Ecobank
AfrikaTech
AGC
Tech Generation
Accueil » Société » Accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat, Abdourahmane Sanoh met au défi Alpha Condé

Accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat, Abdourahmane Sanoh met au défi Alpha Condé

Ce dimanche au siège du parti au pouvoir, le président Alpha Condé a accusé le leader de la PCUD  d’avoir voulu se servir de la grève des enseignants pour renverser le pouvoir en place. Le principal accusé ne s’est pas terré derrière un silence absolu après la sortie médiatique du chef de l’Etat.

Dans les Grandes gueules, Abdourahmane Sanoh a réitéré son soutien à la revendication des enseignants. ‘’Le 12 mars de l’année dernière, lorsque le chef de l’Etat m’a reçu, je lui ai dit que je soutiens le SLECG’’, assume cet ancien ministre de l’agriculture.

Il dément être lié ni près ni de loin à une quelconque tentative de déstabilisation contre le pouvoir d’Alpha Condé. ‘’Moi, je n’ai rien à avoir dans ça. Ils peuvent interpréter les choses comme ils veulent’’, se contente-t-il de dire.

Il affirme que le chef de l’Etat s’acharne sur sa personne pour le distraire dans son combat. ‘’On ne va pas me distraire de mon engagement (…) Nous sommes contre la modification. Je ne sais pourquoi en 2020, on veut que tout le monde accompagne le Chef de l’Etat actuel’’, cherche-t-il à savoir.

Selon Alpha Condé, le président de la PCUD le bombarde de messages pour solliciter son assistance à moult reprise. Ce que dément l’intéressé. ‘’Je suis un citoyen qui n’a pas encore le privilège d’avoir le numéro du président de la République. Si je lui ai envoyé des textos, je le mets au défi, il n’a qu’à les publier’’, lance-t-il au maitre du palais Sékhoutouréyah.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Monsieur Sano a parfaitement raison de réagir de la sorte, vu la gravité des accusations portées contre lui et que jusqu’au jour d’aujourd’hui , l’Etat de Guinée n’a jamais engagé la moindre poursuite contre lui pour ces supposés faits de subversion.

    Quant à monsieur le président, je dis ceci:
    Voilà ce que ça donne cette façon populiste de gouverner et de gérer les affaires d’Etat dans un pays:
    -n’importe quel quidam sorti de nulle part se croit légitime de parler et d’agir au nom du peuple, sans aucun mandat;
    -un président au lieu de sévir contre la subversion et autres agents supposés subversifs en toute conséquence, ne doit pas se complaît dans une approche purement anarchique et familiale à telle enseigne que le peuple médusé,assiste à une sorte de jeu de ping-pong entre un président de la République (représentant légitime du peuple) et des bandes de « NO BODY » ;
    -à force d’annonces à satiété et suivies rarement d’actions concrètes coercitives,président,vous finirez par crever totalement le stock de craintes légitimes que la loi vous confère;
    – même chez ces Guinéens qui pensent et qui croient sincèrement que vous êtes le mieux faisant pour réduire considérablement la pauvreté et le mieux actant à conduire ce pays à un point d’émergence sans égalé dans toute l’histoire de notre pays,mais il leur est insupportable de constater quotidiennement votre adduction à cette tolérance mortifère et totalement préjudiciable pour la stabilité de la nation;

    C’est pourquoi monsieur le président, un chef ne peut jamais être un acteur à entretenir des polémiques qui n’ont pas leur raison d’être, donc il agit plutôt pour mettre une fin définitivement à des anormalités dans son pays!
    Par conséquent, si monsieur Sano fut un moment donné, un agent subversif à une déstabilisation quelconque de votre régime, pourquoi avoir passé l’éponge sur de tel crime aussi gravissime( juste à l’issue d’un banal « pardon » présenté)?

    Bref, je ne comprends pas très bien votre logique dans le traitement d’un dossier aussi inquiétant et sérieux!
    Car un banal « pardon » peut-il solder et exonérer des auteurs d’actes de vols( peut-être)? des crimes économiques, des crimes de sang ?
    A mon ample avis monsieur le président, vous avez commis une lourde faute de gouvernance avec votre tolérance extrême qui aux yeux de vos détracteurs,est synonyme de faiblesse de caractère.

    “La tolérance ne devrait être qu’un état transitoire. Elle doit mener au respect. Tolérer c’est offenser.”

    Que Dieu sauve la Guinée!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info