Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
AGC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Alpha Condé parle de la ‘’section cailloux’’ : ‘’Quand des manifestants viennent avec des fusils…’’

Alpha Condé parle de la ‘’section cailloux’’ : ‘’Quand des manifestants viennent avec des fusils…’’

Dans un rapport, Human Rights Watch a demandé aux autorités guinéennes de créer un panel de juges chargés de mener des enquêtes sur le comportement des forces de sécurité accusés d’avoir mené des actes illégaux lors des manifestations. Une requête qui aura du mal à aboutir au regard de la rédaction du président de la République.

Le chef de l’Etat, Alpha Condé, affirme que ‘’la Guinée ne fonctionne pas en fonction de ce que pense telle ou telle autre ONG (…). Ils sont libres de penser ce qu’ils veulent. Moi, j’ai été élu par le peuple de Guinée, je suis responsable devant le peuple. Personne ne peut nier que depuis mon élection, la situation des droits de l’Homme a totalement changé’’.

‘’Ceux qui critiquent les forces de l’ordre, s’ils sont honnêtes, pourquoi ils ne vont pas jusqu’au bout ? Est-ce que lorsque des gens manifestent au Sénégal, ils viennent avec des frondes, des coupe-coupes, des lance-pierres ? Est-ce que vous avez ce qu’on appelle section cailloux ? Donc, quand des manifestants viennent avec des fusils de chasse et des frondes, vous voulez que les forces de l’ordre se croisent les bras ?’’, se demande le président de la République dans un entretien accordé à des médias sénégalais.

‘’Elle me fait rire cette organisation parce qu’elle parle des forces de l’ordre, mais ne parlent pas des manifestants qui utilisent la violence contre les forces de l’ordre. Manifester est un droit fondamental, mais lorsque les manifestants se mettent à casser des véhicules, à casser des maisons, à prendre les téléphones des passants, vous voulez que les forces de l’ordre se croisent les bras ?’’, s’interroge encore le pensionnaire de Sékhoutouréyah.

‘’Ce qu’ils veulent, sincèrement, ce n’est pas mon problème. Ce n’est pas à eux de me dire ce que j’ai à faire, c’est le peuple de Guinée qui me le dira (…). J’ai des comptes à rendre au peuple, pas à des ONG qui font du deux poids deux mesures’’, coupe-t-il couvert.

Et pour boucler la boucle, Alpha Condé demande aux responsables des ‘’ONG de balayer devant leurs propres. Ils n’ont pas de leçons à donner à quelqu’un. Et très souvent, ils sont financés par des magnats (…). Beaucoup ne sont pas contents de l’évolution de la Guinée parce qu’ils veulent piller ce pays. Ce sont eux qui financent ces organisations. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent. Ça ne me fait ni chaud ni froid’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info
00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Bientôt ce sont ces ONG qui riront de toi car bientôt tu vas rendre compte de tes crimes. En plus toi alifa kone tu es le plus grand pilleur que la Guinée a connu. Où sont nos recettes minières ?

  2. ‘’Ce qu’ils veulent, sincèrement, ce n’est pas mon problème. Ce n’est pas à eux de me dire ce que j’ai à faire, c’est le peuple de Guinée qui me le dira (…). J’ai des comptes à rendre au peuple, pas à des ONG qui font du deux poids deux mesures’’, coupe-t-il couvert.

    En réalité, seuls des autocrates plus fins et tant soit peu plus respectueux de leurs propres citoyens, de par le monde, se démarqueraient de ces propos simplistes et irresposables du leader du RPG-AEC.

    Mais au moins, après cette maladroite sortie médiatique, qui tuera une deuxième fois toutes les victimes innocentes des assassins déguisés en FDS guinéennes, plus aucun doute ne subsistera désormais:
    – ce sont bien les forces de l’ordre du pouvoir d’AC qui ont ciblé et tiré à balles réelles sur chachun des 103 jeunes citoyens peuls innocents, et pas de supposés voyous dans les quartiers de Conakry;
    – le refus manifeste de nos institutions judiciaires d’engager la moindre enquête judiciaire à la suite de ces différents meurtres politiques successifs, n’est pas le seul fait d’un simple ministre ou d’un banal haut fonctionnaire de l’Etat RPGiste, mais visiblement du pensionnaire de Sékhoutouréyah et premier magistrat du pays.

    Autant dire que si l’UFDG, dont les partisans (ou supposés tels) sont les victimes expiatoires ciblées de cette barbarie répressive d’un autre âge, cherchait réellement à faire rendre utilement justice aux siens, plus aucun prétexte ne saurait empêcher ce parti de saisir les juridictions compétentes de la BECEAO et de la CPI.

    Mais il est vrai que le leader emblématique de ce parti, et chef de file de l’opposition guinénne, (CDD, ndlr), en incurable naïf et rêveur politique, n’est pas du genre à se faire à l’idée qu’en Guinée, plus que nulle part ailleurs, « il faut être bien fort pour être modéré ». (Proverbe français)

  3. Plus nous avançons, plus nous voyons la vraie face de ce président. Comment, peut il ou continue à défendre les bandits avec des tenues militaires, est il le président de tous les guinéens? Nous suivons les grèves dans les autres, avec de rages, mais jamais autant de morts, sans mettre la main sur le ou les criminels. Tout se paie sur cette terre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info