Ecobank
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
AGC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Alpha Condé accuse des ‘’commerçants’’ d’avoir voulu saboter son régime

Alpha Condé accuse des ‘’commerçants’’ d’avoir voulu saboter son régime

Le président de la République a accusé lundi des opérateurs économiques d’avoir manœuvrer à un moment donné pour saboter pour son pouvoir. Il a l’a fait savoir en marge de l’ouverture du Forum du secteur privé qui s’inscrit dans le cadre du programme de développement des zones spéciales de transformation agro-industrielles.

Alpha Condé reproche aux opérateurs économiques de ne pas se mettre d’accord autour d’un patronat. ‘’Balayez devant votre porte d’abord. Au lieu de dire que le gouvernement doit faire ceci ou cela, balayez d’abord devant votre porte. Jusqu’à présent, nous avons été incapables d’avoir un patronat. C’est en Guinée seulement qu’on plus de quatre patronats’’, assure-t-il.

Selon le chef de l’Etat, bon nombre d’opérateurs économiques refusaient de payer les taxes d’importation. ‘’Des bateaux venaient au port sur lesquels c’est écrit ‘Président de la République’. Donc ils ne payaient pas de droits et taxes à la douane. C’est comme ça que les commerçants se sont enrichis’’, dévoile-t-il.

Toutes ces pratiques se faisaient sous le magistère du président Lansana Conté qui, à l’en croire, ‘’ne comprenait pas que ces gens ne payaient pas de taxes. Il demandait aux commerçants de baisser le prix du riz, les petits commerçants n’avaient pas de bénéfices, alors que les grands commerçants ne payaient pas de taxes’’.

‘’Quand je suis devenu le président, j’ai dit qu’il y a plus de monopole. Le prix d’un sac de riz était à 200.000 GNF. Pour saboter mon pouvoir, les commerçants ont voulu faire monter le prix durant le mois de carême à 350.000 GNF’’, précise le maitre de Sékhoutouréyah.

Pour éviter une hausse du prix du riz sur le marché, il affirme avoir convié les hommes d’affaires à une rencontre. ‘’Nous avons discuté et nous sommes tombés d’accord sur la réduction des taxes sur le riz. Je vous assure que nous avons vendu le sac de riz à 180.000 GNF au lieu de 200.000 GNF’’, se réjouit le chef de l’Etat qui se targue au passage d’avoir mis fin au monopole sur l’importation du riz en Guinée.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Des opérateurs économiques s’étaient probablement enrichis en revendant plus chers leurs produits d’importation aux consommateurs guinéens et ce, uniquement sous la gouvernance de Lansana Conté. Mais c’est depuis cette époque-là que Conakry entre autres a commencé à ressembler à une ville notamment en termes d’habitat, de transports, de commerce et de secteur tertiaire en général.

    Mais depuis décembre 2010, que se passe-t-il réellement pour ces mêmes consommateurs guinéens et ceux qui les exploitaient auparavant ? Les uns et les autres ont dû finir par se rendre à l’évidence: entre la gouvernance du pire d’AC et celle du moins mauvais de Lansana Conté, il n’y a décidément pas photo !
    Un chef d’Etat et leader actif (illégal) du RPG-AEC dont le seul budget de présidence coûterait 170.000 euros par jour (soit 1 milliard 700 millions GNF) au pauvre contribuable guinéen, n’est certainement pas celui dont la gouvernance chaotique laissera de bons souvenirs aux Guinéens.

    Songez que pour rétablir le courant électrique à l’hôpital préfectoral de Télimélé qui en était totalement privé depuis 10 années, des suites d’un incendie, il a fallu que le directeur dudit établissement finisse par recourir à l’assistance de l’ONG allemande GIZ-Guinée pour obtenir le financement d’un projet estimé en tout à 7.150 euros (soit 71.500.000 GNF). Soit une véritable misère ! Quand on connaît les potentialités agricoles, minières et touristiques, ainsi que le dynamisme des ressortissants de cette préfecture-carrefour, qui est restée quasiment « enclavée », bien qu’étant limitrophe de sept (7) autres belles préfectures du pays.

    C’est tout le lieu donc de rappeler humblement aux vaillants acteurs du FNDC que pour réussir, leur dynamique de mobilisation ne devra laisser de côté aucune catégorie socioprofessionnelle du peuple de Guinée. Car si certains d’entre nous n’ont pas besoin d’être sensibilisés ou invités pour qu’ils se décident, on sait que d’autres auront toujours besoin qu’on les aide y compris à voir la porte les menant au paradis, comme l’on dit (…)

    Quant aux méritants opérateurs économiques ou commerçants ainsi ainsi implicitement mis à l’index, et dont on sait que certains des plus dynamiques sont originaires de cette zone délibérément abandonnée de l’Etat guinéen, ils sauront plus aisément que la « politique de l’autruche » ne paiera jamais avec une gouvernance haineuse et divisionniste comme celle d’AC. A bon(s) entendeur(s), salut !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info