Guinee Games
Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Libre opinion » La démocratie alimentaire à la guinéenne

La démocratie alimentaire à la guinéenne

Je déteste ces petits partis politiques qui se livrent chaque fois à du chantage, soit avec le RPG pour espérer être dans la grâce de la mouvance ou avec l’UFDG pour rêver de profiter des suffrages de celle-ci.

C’est en effet, auprès des électeurs qu’on obtient les suffrages pour se faire élire. On ne peut pas créer un parti politique, dormir sur ses lauriers, et penser profiter des résultats électoraux des autres partis.

Ces partis auraient plutôt, tout à gagner à s’investir sur le terrain patiemment, à gagner la confiance des électeurs en se distinguant positivement des autres partis, que de se prostituer ou dealer en jonglant entre la mouvance et l’UFDG.

Sans offre diversifiée, la démocratie ne peut s’oxygéner, se développer et s’épanouir. Aujourd’hui, notre démocratie est coincée, étouffée pour ne pas dire bloquée par la bipolarisation de la vie politique du pays.

Pratiquement, si tu n’es pas de la mouvance, pour exister politiquement, tu dois impérativement avoir les faveurs de l’UFDG ou inversement.

Faute de quoi, il ne te restera que deux options: se résoudre à disparaîtra de la chaîne politique ou surfer sur la rivalité malsaine entre ces deux formations politiques dominantes pour faire chanter l’un au profit de l’autre de façon très malsaine.

L’UFR, le PEDN et le Bloc libéral qui essayent de s’affranchir de cette situation, peinent à mobiliser de foule pour constituer une troisième alternative crédible. Ils sont réduits à jouer aux trouble-fêtes lors de chaque élection. Tantôt, ils misent sur la mouvance pour fragiliser l’opposition et tantôt, sur l’opposition pour fragiliser la mouvance.

Cette histoire de quota par exemple au niveau des démembrements de la CENI où le code électoral est clair là-dessus. Les partis politiques doivent être représentés au prorata des suffrages qu’ils ont obtenus lors des dernières élections locales et nationales. Si la loi était appliquée ou si les gens étaient de bonne foi, cela ne devrait absolument pas poser de problèmes.

Malheureusement, on préfère toujours selon que ça nous arrange ou pas, mettre la loi de côté pour privilégier des négociations qui donnent naissance à des ‘’accords mort-né’’ au détriment de la démocratie.

Boubacar SOW
Fribourg (CH)

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info