Accueil » Politique » Une nouvelle alliance politique réclame la dissolution de l’assemblée nationale et de la CENI

Une nouvelle alliance politique réclame la dissolution de l’assemblée nationale et de la CENI

L’Alliance nationale patriotique, composée de partis politiques dont l’UFD de Baadiko Bah, des plateformes de la  société civile, d’organisations professionnelles,  d’anciens membres de la FEANF, a été officiellement lancée, ce jeudi 5 septembre, à Conakry.  

Cette nouvelle coalition, lors de son baptême de feu, a appelé à la dissolution de certaines institutions du pays  afin de le sortir d’un système qu’elle qualifie de criminel, anti-démocratique instauré, selon elle, par le président Alpha Condé.

Elle estime que les guinéens continuent vivre dans la misère, corruption et violation de la loi, plus de soixante ans après l’indépendance.

‘’Sous le règne du RPG et de son chef Alpha Condé, la Guinée n’a jamais été autant pillée, détruite, et dépendante en tout, à cause de l’interférence des puissances étrangères et des mafias de toutes sortes. Les entreprises étrangères associées aux dirigeants guinéens complices exploitent de façon éhontée les travailleurs, en violation de toutes les lois en vigueur dans le pays’’,  assure Aboubacar Sylla, porte-parole de cette alliance.

L’alliance nationale patriotique, qui accuse le chef de l’Etat d’avoir installé la Guinée dans un vide constitutionnel, exige la dissolution de certaines institutions pour, selon elle, sortir notre pays du système criminel, anti-démocratique et corrompu.

‘’Nous demandons la dissolution de l’Assemblée nationale qui n’a plus de mandat du peuple, de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), bras du pouvoir chargé d’organiser des élections qui ne sont ni libres, ni honnêtes, ni transparentes, l’interdiction immédiate de tout nouveau contrat minier et de pêche’’, cite, entre autres, M. Sylla.

Cette nouvelle alliance se dit contre toute volonté du président Alpha Condé de rester au pouvoir à vie. ‘’L’actuel chef de l’Etat devra quitter ses fonctions à l’expiration de son mandat en décembre 2020. Tant qu’une nouvelle assemblée législative ne sera pas élue en conformité avec les nouvelles institutions démocratiques issues de la Conférence, le chef de l’Etat ne devra pas légiférer par ordonnance’’, indique son porte-parole.

L’alliance nationale patriotique entend œuvrer pour l’organisation d’une conférence nationale pour tirer les leçons de toutes les exactions dont les guinéens ont été victimes depuis 1958.

‘’Cette assise nationale dont les modalités seront à définir, aura à se pencher sur les soixante et un ans de la gestion catastrophique de la Guinée, afin d’en tirer toutes les leçons, de rendre justice aux victimes, de réconcilier durablement les Guinéens, de mettre en place de nouvelles institutions démocratiques viables, adaptées à nos réalités,  garantissant un nouveau départ pour la Guinée, dans l’unité, la démocratie large et inclusive  et le progrès’’,  lit-on dans sa déclaration.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 5/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info