Guinee Games
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Société » Baffoe Camara : ‘’Malgré que les PA ont été attaqués et brulés à Bambeto, il n’y a pas eu de morts’’

Baffoe Camara : ‘’Malgré que les PA ont été attaqués et brulés à Bambeto, il n’y a pas eu de morts’’

Le directeur général de la police nationale déclare que ses hommes ont fait un usage abusif de gaz lacrymogène lundi lors d’une marche funèbre. Ansoumane Baffoe Camara affirme que trois cas ont été enregistrés en dehors du périmètre des obsèques, sans préciser dans quelles circonstances ils ont perdu la vie.

En début de semaine, trois nouveaux cas de morts ont été enregistrés en marge des funérailles de 11 victimes des manifestations de mi-octobre à Conakry.

Le patron de la police nationale s’interroge sur l’identité des auteurs de ces crimes qui endeuillent encore des familles.

‘’Qui sait qui a tué ces gens ? Est-ce qu’ils ont la preuve que c’est nous. Notre présence, c’est pour leur sécurité. Est-ce qu’on a le droit d’agresser les policiers ? Sachez que nous sommes aussi meurtris et fatigués de voir les scènes qu’on a vues avant-hier’’, a indiqué Baffoe Camara.

‘’On n’est pas allés à Bambeto pour agresser quelqu’un. Il y a eu utilisation abusive de gaz lacrymogène, c’est vrai. Malgré que les PA ont été attaqués et brulés à Bambeto, il n’y a pas eu de morts’’, a-t-il ajouté au micro de nos confrères des Grandes gueules.

Baffoe Camara affirme qu’il n’est pas en mesure de dire dans quelles circonstances ces trois nouvelles victimes de violences sanglantes ont trouvé la mort.

‘’Je ne peux pas dire de quoi ils sont morts. Je sais qu’il y a eu deux morts à Wanindara et un à Koloma. Mais je ne peux pas dire dans quelles circonstances ils sont morts’’, a-t-il dit, avant de poursuivre : ‘’Quand il y a des morts, qu’on permette aux services spécialisés de venir sur les lieux pour mener des enquêtes de voisinage’’.

Il affirme que dans la plupart des cas, ‘’des civils et la Croix-Rouge prennent les corps. On apprend seulement que tel nombre de corps se trouvent à Ignace Deen ou à l’hôpital sino-guinéen. On fait disparaitre toutes les preuves qui peuvent permettre de retrouver les auteurs’’.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info