Guinee Games
Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix
GAC
Cliquez ici pour télécharger des études de marché pour investir en Afrique
Accueil » Politique » L’UFR de Sidya Touré justifie son retour à la table des négociations avec le pouvoir

L’UFR de Sidya Touré justifie son retour à la table des négociations avec le pouvoir

La formation politique de Sidya Touré assure que son retour aux travaux du comité de suivi du dialogue politique en Guinée n’a rien à voir avec le combat contre le projet de changement de constitution.

Saikou Yaya Barry indique que la décision de son parti de retourner autour de la table des négociations vise à prouver à la communauté internationale que le pouvoir en place n’a pas aucune volonté de parachever le processus des élections communales, encore moins organiser des législatives transparentes.

‘’L’Union européenne et la CEDEAO nous demandent d’aller au dialogue pour finaliser le processus électoral. En tant que parti politique qui respecte les principes et lois de notre pays, nous ne pouvons dire à toutes ces institutions que nous n’allons pas assister au dialogue pour finaliser un processus électoral qui n’a rien à avoir avec la préservation de notre constitution’’, précise Saikou Yaya Barry.

‘’Nous sommes allés au  dialogue pour montrer une fois de plus la mauvaise foi de ce gouvernement à ne pas aller vers l’apaisement, la préservation de la paix. Nous sommes allés avec une documentation sur les irrégularités survenus lors de ce recensement qui fait partie de l’élément principal du processus électoral’’, ajoute-t-il.

Ce proche de Sidya assure que l’opposition entend démontrer à l’opinion internationale que la pression du pouvoir d’Alpha Condé sur la CENI affecte le bon déroulement du processus électoral.

‘’Nous avons vu comment la CENI, en relation avec le pouvoir, fait tout sur le terrain. Les machines ne fonctionnent pas par endroits, il y a pas de récépissés dans les zones favorables à l’opposition  alors que dans les zones favorables au pouvoir, il y a des récépissés à flot. Les fiches d’identification manquent, les primes des agents recenseurs sont bloquées’’, cite M. Barry.

‘’Les CAERLES de Matoto et Ratoma sont fermées alors que l’enrôlement est prévu pour 25 jours malgré le retard accusé au début des opérations. En Haute Guinée, on recense des enfants de 12 à 16 ans. Tout ça démontre que le processus en cours n’est pas bon. Donc on ne va pas rester dans les radios pour en parler. Il faut qu’on parte au dialogue pour montrer toutes ces preuves, en présence des bailleurs de fonds’’, conclut-il.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

0024 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info