Accueil » Interview » Un enseignant retrouvé mort à l’université de Conakry : ‘’Je n’ai pas osé regarder le corps’’, réagit le vice-recteur

Un enseignant retrouvé mort à l’université de Conakry : ‘’Je n’ai pas osé regarder le corps’’, réagit le vice-recteur

Le corps sans vie et en état de putréfaction a été découvert jeudi dans l’un des bureaux de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Dr. Fodé Bangaly Diaby était enseignant-chercheur au département de physique. Le cœur meurtri, le professeur Cheick Abdoul Baldé, vice-recteur chargé des études de ladite université, s’est prêté aux questions de VisionGuinee. Entretien !

VisionGuinee : Dans quelles circonstances avez-vous appris le décès d’un enseignant-chercheur dans l’enceinte de l’université ?

Pr Cheick Abdoul Baldé : J’ai été informé ce matin par un enseignant qui lui-même a été informé par les agents chargés de nettoyer les classes de la présence de mouches qui voltigeaient. Quand j’ai été informé, j’ai appelé le commandant de notre intendance militaire pour lui demander de venir à mon bureau. J’ai appelé que le chargé de la sécurité et la policière qui est dans notre université. Ensemble, nous sommes allés constater une odeur nauséabonde qui sortait [d’un bureau] ainsi que des mouches.  La policière a appelé les services compétents pour ouvrir les portes. On a découvert le corps sans vie d’un de nos enseignants dans son ancien bureau.

Qui était la victime ?

Il s’agit de Dr. Fodé Bangaly Diaby. Il est bien connu dans notre université. Il a fait son service ici depuis très longtemps. Il occupe son bureau depuis 1996.

On apprend qu’il y avait presqu’élu domicile dans ce bureau…

Officiellement, ce n’est pas son domicile même s’il y passait la nuit. C’est son bureau.

Etait-il malade ?

On savait qu’il était malade. Il n’avait qu’un seul ami connu qui est décédé vers 2003. Quand il venait, il saluait tout le monde. Mais il était seul, sans autres compagnons. Sa famille, ce n’est pas qu’après l’incendie que sa femme est venue avec sa jumelle. Il avait des enfants dont un qui était d’ailleurs un célèbre basketteur du nom d’Amadou Diaby qui est décédé il n’y a pas très longtemps.

Quelles dispositions avez-vous prises après avoir appris son décès

Les dispositions qu’on a prises, c’est d’informer les services compétents pour ouvrir les porter et demander une autopsie. Le corps a été transféré à la morgue. On attend les résultats de l’autopsie. On verra ce qu’on pourra faire pour aider la famille, parce que c’est l’un de nos enseignants et collègues. C’est regrettable de le perdre dans de telles circonstances.

Le corps nu et sans vie a été découvert en état de putréfaction…

Je n’ai pas osé regarder le corps, parce que j’avoue que ça me très pitié. Mais on me l’a dit également. Je suis chagriné d’avoir perdu un de mes enseignants. Comment le remplacer, c’est ce qui me préoccupe, pas fouiller sur ce qui s’est passé. Il y a des services compétents ce qu’il faut.

Par Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info