Accueil » Société » Arrestations d’opposants au 3e mandat : un député de l’UFR propose une solution radicale contre les agents encagoulés

Arrestations d’opposants au 3e mandat : un député de l’UFR propose une solution radicale contre les agents encagoulés

Des opposants au troisième mandat se font de plus en plus arrêter nuitamment par des agents encagoulés à la veille des manifestations du FNDC. Le secrétaire exécutif de l’Union des forces républicaines (UFR), Saikou Yaya Barry, indique qu’il est pour les citoyens de prendre des mesures idoines pour mettre fin à ces arrestations.

Ce proche de Sidya Touré assure que le président de la République est à tout pour faire taire les opposants du troisième mandat.

‘’Alpha Condé a  dit qu’il prend la Guinée où Sékou Touré l’a laissée. Le camp Boiro est désormais à Kankan et au camp Makambo, à Kaloum. Ces deux endroits se sont illustrés ces dernier temps comme des camps de tortures. Des gens encagoulés viennent arrêtés les citoyens tard la nuit pour les envoyer dans ces camps pour les torturer. Dieu seul sait si certains ne sont pas morts là-bas’’, laisse entendre Saikou Yaya Barry.

Le secrétaire exécutif de l’UFR estime qu’il est temps pour les guinéens de prendre des mesures pour mettre fin à ces interpellations.

‘’Il ne faut qu’on laisse faire. C’est pourquoi, je dis qu’il faut que tout le monde achète des sifflets pour les distribuer dans les quartiers. Ces gens encagoulés sont des tortionnaires préparés par le régime d’Alpha Condé. Il faut bruler ces gens et les tuer, parce que ce sont des hors-la-loi. Ce sont des bandits d’un homme qu’il faut arrêter’’, lance Saikou Yaya Barry aux citoyens.

‘’Je demande à tous les militants de l’UFR et l’ensemble des citoyens guinéens d’acheter des sifflets. Dès que ces gens encagoulés rentrent dans votre quartier pour arrêter des citoyens, il faut alerter tout le monde. Dès qu’ils rentrent dans votre quartier, il faut les lyncher, et s’il le faut les tuer, parce que ce sont des bandits. Et ça sera de la légitime défense. Parce qu’au-delà de 17 heures, on ne peut pas plus arrêter quelqu’un  selon la loi’’, ajoute-t-il.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

4 comments

  1. En cette période d’arrestations arbitraires par la police guinéenne, les responsables du FNDC devraient aussi éviter de dormir deux nuits de suite au même endroit et surtout vous devez éviter de dormir dans vos domiciles connus de tous !!
    La police procède à ces arrestations nocturnes sur dénonciation ; donc, rentrez tard, afin que peu de personnes sachent le lieu où vous avez choisi de passer la nuit !!
    Beaucoup de courage et préparez vos cocktails Molotov pour la mère des batailles du 1er mars 2020 !!
    La Guinée ou la mort ; nous vaincrons !!
    Merci.

  2. Alors! Mr Sidiki votre rêve ne réalisera jamais dans ce pays car vous êtes nette pas bon citoyen.quelqu’un qui se permet de se prononcer comme ça, vraiment je te déteste.((la guinée ou la mort)) c’est toi qui va mourir et tes compagnons.merci pour ta malédiction

    • Pauvre analphabète politique, ce n’est pas une malédiction à l’endroit de la Guinée ; bien au contraire, ça veut dire qu’on est prêt à donner sa vie pour sa patrie !!
      « La patria o la muerte, venceremos » !! Traduction en français : « la patrie ou la mort, nous vaincrons », est simplement un slogan révolutionnaire inventé par l’ancien leader cubain, Fidel Castro et repris entre autres, par de nombreux révolutionnaires tels que feu le capitaine Thomas Sankara, durant la révolution au Burkina !!
      Par contre, cher frère, moi, je ne te déteste pas ; car, j’estime que même un idiot comme toi, a aussi sa place dans la Guinée unie, prospère et démocratique que nous voulons bâtir !!
      Merci.

  3. Ces agents ne sont très probablement ni des Guinéens ni même des effectifs ordinaires de nos forces de défense et de sécurité. Sinon, ils ne seraient manifestement pas si ridiculement masqués pour éviter d’être identifiés ou reconnus.

    Mais si ce n’est pour pouvoir exposer à la face du monde une facette supplémentaire de la perversité des tenants de la gouvernance RPGiste, l’urgence n’est plus à se préoccuper de savoir qui se cachent derrière ces cagoules de malheur. Il faut que les animateurs du FNDC et les responsables des formations politiques et organisations de la société civile qui accompagnent la dynamique de défense de la constitution nationale se rendent à l’évidence des limites de leur stratégie légaliste et républicaine.

    Ils se battent en effet contre un « anti-guinéen viscéral » déguisé en chef d’Etat, qui s’est entouré de véritables prédateurs ne réculant devant aucune méthode, même des plus abjectes, pour conserver leurs privilèges et avantages matériels exorbitants.

    D’où tout l’intérêt de cette suggestion du député UFR, Saïkou Yaya Barry. A chaque étape du coup d’Etat anti-constitutionnel d’Alifa Koné, il faudra imaginer et mettre en oeuvre les voies, moyens et stratégies qui s’imposent.

    Et en l’occurrence, ce sont des pièges qu’il conviendrait de tendre pour capturer quelques éléments de ces commandos encagoulés, pour voir qui ils sont réellement. Car on le sait désormais, ce ne sont plus que des jeunes innocents Peuls qu’il s’agira de cibler et tuer à balles réelles, en toute impunité (…)

    La dynamique héroïque du FNDC devra rimer avec de nouvelles stratégies dissuasives plus actives, et qu’il va imaginer et adapter aux réalités de terrain, au « cas par cas ».

    Was-Salam !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info