Accueil » Politique » L’Union européenne remet en cause la crédibilité des élections du 22 mars

L’Union européenne remet en cause la crédibilité des élections du 22 mars

Le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, à travers sa porte-parole, Virginie.BattuHenriksson, a réagi à la tenue du double scrutin législatif et référendaire, le dimanche 22 mars dernier en Guinée.

La porte-parole du haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a déclaré jeudi que ‘’le double scrutin du 22 mars s’est tenu dans un climat de forte tension émaillé par des violences causant plusieurs morts’’.

Elle a ajouté que ‘’ces actes de violence et l’usage disproportionné de la force par les forces de l’ordre sont inacceptables’’.

Virginie.Battu-Henriksson a renchéri en rappelant que ‘’le caractère non inclusif et non consensuel de ces scrutins et du fichier électoral porte atteinte à la crédibilité de ces élections’’.

En plus, a-t-elle mentionné dans sa déclaration, ‘’l’absence d’observation régionale et internationale reconnue remet également en question la validité du processus’’, tout en soulignant que ‘’les clivages intercommunautaires se creusent dangereusement’’.

Par sa voix, l’Union européenne a renouvelé son soutien aux initiatives de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) susceptibles de réhabiliter le processus électoral, de désamorcer les tensions et de renouer un dialogue entre toutes les parties.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Un signal de plus en direction du vieux criminel de Conakry et de ses pilleurs ethno-mafieux que leur putch anticonstitutionnel ne passera pas.

    Car ces 10 dernières années de gouvernance d’Alifa Koné marquent à tous points de vue la pire longue tragédie nationale qui pouvait être infligée aux Guinéens et ce, depuis la fin de celle du sanguinaire Sékou satan Touré.

    Beaucoup trop de sang de martyrs guinéens a coulé depuis le 28 septembre 2009, pour que l’on ne baisse pas les bras précisément après le coup d’Etat constitutionnel que ces malfrats en col blancs viennent de perpétrer contre le plus important symbole de la Nation, notre constitution (…)

    Il n’y a plus qu’une seule alternative pour sauver le pays d’un véritable chaos interethnique. Alifa Koné n’ayant plus aucune crédibilité pour diriger le pays, il doit être dégagé de Sékhoutouréyah avant la fin de son mandat ! C’est ce défi que le FNDC, l’opposition politique, les organisations de la société civile crédibles et les Guinéens avisés et soucieux de l’avenir du pays, devraient s’atteler à relever désormais.

    Faut de quoi, ce sont des tribunaux d’exception et de nouveaux « Camp Boiro » qui ne tarderont pas à proliférer dans le pays, et en Haute Guinée notamment. A bon(s) entendeur(s), salut !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info