Accueil » Interview » Fodé Oussou Fofana pose des conditions préalables au dialogue avec Alpha Condé

Fodé Oussou Fofana pose des conditions préalables au dialogue avec Alpha Condé

Le président Alpha Condé s’est dit favorable à un dialogue politique inclusif avant la présidentielle qui doit se tenir, dans les conditions normales, au mois d’octobre prochain. Le vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) pose des conditions préalables à tout dialogue avec le pouvoir en place. Entretien !

VisionGuinee : Le président Alpha Condé vient d’annoncer un dialogue pour aller à une présidentielle inclusive. Vous en tant que responsable politique de haut niveau dans l’opposition, comment avez-vous accueilli cet appel ?

Fodé Oussou Fofana : Ecoutez, il y a des questions qui relèvent du domaine du FNDC. Nous avons mené notre combat au sein de ce mouvement qui regroupe la société civile et des partis politiques de l’opposition. Il n’est pas facile de se prononcer sur un sujet qui n’existe pas. Quand on veut un dialogue, on s’adresse aux acteurs concernés. Ce n’est pas dans un discours qu’il faut appeler les acteurs à un dialogue. Pour nous, il n’y a pas eu un appel au dialogue.

Si le président de la République vous conviait officiellement à un dialogue, accepterez-vous sa main tendue ?

Les partis politiques sont des entités qui se battent pour aller à des élections. Le FNDC n’est pas un parti politique, mais c’est en son sein que nous menons le combat pour la sauvegarde des acquis démocratiques. Je ne vois pas comment un leader ou membre d’un parti politique peut se prononcer sur un sujet qui n’existe pas. Pour moi, le sujet relatif au dialogue n’existe pas. Ce n’est pas à la suite d’une phrase d’un discours qu’on va se prononcer. Quand le sujet sera posé, les partis politiques vont se retrouver pour discuter afin de définir une position. En attendant, l’UFDG ne se prononce sur un sujet qui n’existe pas.

Que doivent faire les autorités gouvernementales pour amener les acteurs politiques que vous êtes autour de la table ? 

Honnêtement, quand un gouvernement veut dialoguer, il y a des démarches à faire. Quand ces dernières sont faites, nous prendrons acte de la volonté du gouvernement d’ouvrir un dialogue. Le FNDC et les partis politiques se retrouveront et répondront de la  manière la plus appropriée.

A vous entendre, vous posez des conditions préalables à l’ouverture d’un dialogue avec le pouvoir…

Oui, nous avons des questions qui n’ont pas été réglées d’abord. Les chefs de quartier ne sont pas installés. Lors des élections locales du 4 février 2018, l’UFDG a eu 75 quartiers à Conakry. Deuxièmement, il y a la question du fichier électoral. Une assemblée nationale a été mise en place avec  en son sein des partis politiques qui n’ont même eu pas 100 voix. Pourtant, pour avoir un député, il faut avoir 35.000 voix. Mais les gens ont été désignés pour siéger à l’hémicycle. Enfin, il y a la constitution que nous ne reconnaissons pas. Donc il y a des problèmes qui ne sont pas résolus. Il faut qu’ils le soient avant de discuter de quoi que ce soit.

Avant la satisfaction de ces points, le dialogue est exclu avec le pouvoir en place ?

Encore une fois, quand la question sera posée, une décision commune sera prise. Pour l’heure, on se demande sur la base de quelle constitution sommes-nous gouvernés. Est-ce celle du 7 mai 2010 ou celle qui a été falsifiée ? Ça, c’est un autre problème. Si les autorités tiennent à l’apaisement, nos préalables doivent être réglés.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. C’est clair et nette comme l’eau de roches de la part de Fodé Oussou Fofana(FOF) de l’ufdg.Donc,le Gouvernement de Alpha Condé et/ou la Mouvance présidentielle doit absolument adresser une correspondance écrite à ce sujet pour indiquer la nature et le contenu du Dialogue.
    Si non,c’est une déclaration de Alpha Condé vide de contenu et de sens.Une simple fuite en avant comme d’habitude et tromper l’opinion internationale.

    La balle est toujours dans le Camp de Alpha Condé.

    • Jallohms7, la politique en Afrique en général, dans les pays francophones en particulier et en Guinée singulièrement, c’est l’art de tromper. Le jeu n’est pas franc. Les promesses sont fallacieuses. Les engagements, un moyen de se faire élire et de dormir après sur ses lauriers. La politique, chez nous, consiste à assassiner ses opposants et même ses sympathisants et militants comme Ismaël Condé qui ne supporte pas les dérives du pouvoir. Rien d’étonnant alors qu’on appâte les adversaires avec des mots lénifiants pour amuser la galerie et faire bonne presse auprès de l’opinion nationale et internationale qui, malheureusement, n’est pas dupe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info