Accueil » Société » Chérif Bah suggère aux autorités de supprimer les vacances pour rattraper les cours perdus

Chérif Bah suggère aux autorités de supprimer les vacances pour rattraper les cours perdus

Le président Alpha Condé a annoncé la réouverture des classes d’examen et les universités à partir du lundi 29 juin prochain. L’ancien gouverneur de la Banque centrale affirme que l’année scolaire a été perturbée non seulement par la grève déclenchée par le SLECG, mais aussi par la pandémie du coronavirus.

Rappelant aux gouvernants que face à une situation exceptionnelle il faut prendre des mesures exceptionnelles, Ibrahima Chérif Bah suggère la suppression des vacances scolaires et universitaires pour rattraper des cours perdus.

‘’Les élèves n’ont pas étudié cette année. Il y a eu la grève des enseignants et la pandémie. A la télé, on montrait des images de quelques écoles à Conakry, pour faire que les cours se déroulent bien’’, indique Chérif bah.

Avant même le début de la pandémie de Covid-19, rappelle M. Bah, les cours ont connu des perturbations à plusieurs endroits du pays, à cause de la grève des enseignants.

Il assure qu’en ‘’Haute Guinée et Guinée Forestière, il y a eu des cours par endroits. Mais en Basse Guinée et au Foutah, ce n’est pas le cas. Donc on sait que élèves n’ont pas étudié’’.

‘’Maintenant, on annonce la réouverture des classes d’examen et les universités. Je suis d’accord, mais comment faire ? Il faut dire qu’il n’y a pas de vacances pour les étudiants et élèves afin de continuer à rattraper le temps perdu’’, suggère ce proche de Dalein aux autorités, avant de les appeler à plus de ‘’cohérence dans la mise œuvre en correcte des mesures’’.

Abdoulaye Bella DIALLO, pour VisionGuinee.Info

00224 628 52 64 04/abdoulbela224@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Si le vice-président de l’UFDG voulait trouver de bonnes excuses au pouvoir RPGiste trop fortement ethnicisé, il ne s’y prendrait pas autrement.

    Il y aura certes l’impact conjugué de l’interminable grève du SLECG et de la crise du Coronavirus qui affectera le niveau des programmes d’enseignement guinéen cette année scolaire et universitaire. Mais les responsabilités imputables avant tout à nos autorités dont on sait où se situent réellement les centres d’intérêt.
    Chérif Bah rendrait encore plus service à la cause de l’éducation nationale s’il jouait plus clairement et fermement son rôle d’opposant à ce système de gouvernance qui prend de l’eau de toutes parts. Et même s’il fallait leur suggérer des idées pour sauver ce qui peut encore l’être des programmes de cours, ce n’est certainement pas ainsi que l’un des principaux cadres de l’UFDG, chargé de surcroît de la communication, devrait s’y prendre.

    Car ce dont les Guinéens avisés ont besoin d’être rassurés, c’est de quelle manière ce parti s’y prendrait s’il était au pouvoir pour leur concocter un gouvernement de cadres plus compétents et intègres, pour sortir le pays de sa léthargie endémique.

    Elles sont vraiment bien conciliantes ou naïves voire coupées de la réalité de misère des gens d’en-bas, nos belles élites peules ! Ceci explique probablement cela.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info