Accueil » Société » Lutte contre la drogue en Afrique de l’Ouest: Vers une harmonisation des législations

Lutte contre la drogue en Afrique de l’Ouest: Vers une harmonisation des législations

Pour lutter contre la drogue en Afrique de l’Ouest, les experts sur la question vont discuter pendant deux jours sur l’harmonisation des législations. Les travaux ont été lancés hier, lundi 10 septembre à l’hôtel King Fahd Palace (ex Méridien président) par le secrétaire général du ministère de l’intérieur, Cheikhou Cissé. Le rapport issu de cette rencontre sera soumis à l’approbation des Ministres en charge de cette question des pays participants.

Une conférence ministérielle sous-régionale sur l’harmonisation des législations en matière de lutte contre la drogue en Afrique de l’ouest a été ouverte hier, lundi 10 septembre à l’hôtel King Fadh Palace. Au terme de deux jours, cet atelier va offrir l’occasion aux experts africains un cadre formel pour produire un document dont les grandes orientations peuvent aboutir à des conditions de riposte contre le trafic et la consommation de drogues.

« Nous sommes là pour trouver les voies et moyens pour lutter efficacement contre le trafic illicite des stupéfiants en Afrique de l’Ouest. Cette lutte passe par une harmonisation des législations dont les sanctions peuvent différer d’un pays à un autre », a déclaré le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Cheikhou Cissé. Selon lui, « il urge de faire en sorte que les pays de la sous-région s’accordent sur les grandes lignes même si les textes ne feront pas l’unanimité ». Les conclusions issues de cette rencontre seront soumises à l’appréciation des ministres chargés de cette question dans les pays participants.

En attendant l’adoption de cess conclusions, le constat est déjà fait. La sous région est exposé à un trafic accru de la drogue aidé par une porosité de nos frontières. Pour le secrétaire général, « l’objectif de cet atelier est de discuter sur des méthodes, de concert avec les pays de la sous région, pouvant pallier la porosité de nos frontières qui font face à l’armada des trafiquants ».

Pour ce faire, Cheikhou Cissé exhorte l’Etat du Sénégal et les pays participants à mettre sur pied des instruments capables de combattre les trafiquants.

« En tout cas, nous demandons des services minimales notamment le renforcement du personnel, les moyens logistiques pour faire face à ce phénomène parce que nos ennemis sont très équipés », a t-il souligné à l’ouverture de la conférence.

Il faut noter que le Sénégal a été honoré parmi ses pairs en entreprenant la réflexion fondée sur les conventions internationales de 1961, 1971, 1988 sur la drogue et les législations des pays avant de le soumettre aux experts de la sous région pour une validation des Ministres en charge de cette question des pays participants.

Ibrahima BALDE

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info