Accueil » Société » Médias: La sécurité des journalistes préoccupe les organisations internationales

Médias: La sécurité des journalistes préoccupe les organisations internationales

Les journalistes africains, réunis à Addis-Abéba sous l’égide de la Fédération africaine des journalistes (Faj), de l’Union africaine (Ua) et de l’Unesco, les 14 et 15 septembre, sont parvenus à dégager une politique commune sur les problèmes de sécurité et de lutte contre l’impunité. Les recommandations sont complétées par des références africaines au plan d’actions de l’Unesco à adopter en novembre à Vienne.

Addis-Abeba -L’urgence de travailler à une culture de la paix à l’endroit des professionnels des médias est la base des conclusions des travaux des journalistes africains, réunis les 14 et 15 septembre à Addis-Abéba, sous l’égide de la Fédération africaine des journalistes (Faj), de l’Union africaine (Ua) de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).
La Faj veut que les maisons de presse donnent priorité à la sécurité de leurs agents en mettant en place un système d’alerte sur les attaques, kidnappings, arrestations. En temps de crise, les organisations des médias devront, avec le concours de la Fédération internationale des journalistes, procéder à un partage plus effectif des informations inhérentes à leur sécurité. Chaque journaliste devra, dans un environnement hostile, bénéficier de techniques qui lui permettent de faire face aux dangers potentiels.
La Faj a appelé également à la mise en place d’un mécanisme africain de sécurité des médias tout en oeuvrant à une coopération accrue avec les agences de promotion de leurs droits et libertés et de renforcement des lois. Les forces de sécurité devront être également impliquées pour une meilleure compréhension du travail des journalistes sur le terrain.Les journalistes doivent être renforcés dans leur capacité à mener des campagnes de plaidoyer aussi bien aux niveaux national que régional en vue d’atteindre de potentiels soutiens à leur cause.
La solidarité doit être la pierre angulaire dans toutes les actions à entreprendre pour une meilleure sécurité et une lutte effective contre l’impunité. Toute action menaçante à leur endroit devra faire l’objet d’une condamnation commune de leurs organisations respectives à travers le continent.

Mettre l’accent sur la prévention des risques
Les professionnels des médias africains doivent continuer le travail entamé pour que l’Union africaine adopte une résolution, à même d’engager les Etats, pour leur protection.
Sur les amendements apportés au plan d’action de l’Unesco, les journalistes africains ont mis l’accent dans le cadre de leur sécurité et la lutte contre l’impunité sur la nécessité de faire de la prévention. De façon plus spécifique, le plan d’action doit cibler une approche partant des associations nationales, régionales avant Les journalistes africains, réunis à Addis-Abéba sous l’égide de la Fédération africaine des journalistes (Faj), de l’Union africaine (Ua) et de l’Unesco, les 14 et 15 septembre, sont parvenus à dégager une politique commune sur les problèmes de sécurité et de lutte contre l’impunité. Les recommandations sont complétées par des références africaines au plan d’actions de l’Unesco à adopter en novembre à Vienne.

Addis-Abeba -L’urgence de travailler à une culture de la paix à l’endroit des professionnels des médias est la base des conclusions des travaux des journalistes africains, réunis les 14 et 15 septembre à Addis-Abéba, sous l’égide de la Fédération africaine des journalistes (Faj), de l’Union africaine (Ua) de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

La Faj veut que les maisons de presse donnent priorité à la sécurité de leurs agents en mettant en place un système d’alerte sur les attaques, kidnappings, arrestations. En temps de crise, les organisations des médias devront, avec le concours de la Fédération internationale des journalistes, procéder à un partage plus effectif des informations inhérentes à leur sécurité. Chaque journaliste devra, dans un environnement hostile, bénéficier de techniques qui lui permettent de faire face aux dangers potentiels.

La Faj a appelé également à la mise en place d’un mécanisme africain de sécurité des médias tout en œuvrant à une coopération accrue avec les agences de promotion de leurs droits et libertés et de renforcement des lois. Les forces de sécurité devront être également impliquées pour une meilleure compréhension du travail des journalistes sur le terrain. Les journalistes doivent être renforcés dans leur capacité à mener des campagnes de plaidoyer aussi bien aux niveaux national que régional en vue d’atteindre de potentiels soutiens à leur cause.

La solidarité doit être la pierre angulaire dans toutes les actions à entreprendre pour une meilleure sécurité et une lutte effective contre l’impunité. Toute action menaçante à leur endroit devra faire l’objet d’une condamnation commune de leurs organisations respectives à travers le continent.

Mettre l’accent sur la prévention des risques
Les professionnels des médias africains doivent continuer le travail entamé pour que l’Union africaine adopte une résolution, à même d’engager les Etats, pour leur protection.
Sur les amendements apportés au plan d’action de l’Unesco, les journalistes africains ont mis l’accent dans le cadre de leur sécurité et la lutte contre l’impunité sur la nécessité de faire de la prévention. De façon plus spécifique, le plan d’action doit cibler une approche partant des associations nationales, régionales avant d’arriver à un niveau international. Des codes de presse doivent être adoptés, là où ils n’existent pas et renforcés.
De la même façon, il revient aux associations nationales et régionales d’œuvrer à lever certaines contraintes juridiques défavorables à la pratique du métier. La Faj a exhorté ses membres à plus de professionnalisme pour gagner le respect des masses.

Les journalistes africains ont appelé à un « engagement pour une mise en place effective de ressources leur permettant, au niveau national, à célébrer certaines dates repères comme la Journée internationale de la liberté d’expression (3 mai), mais aussi que le rapport du directeur général de l’Unesco puisse tenir compte des évènements locaux qui se sont déroulés au cours de l’année ».

Le plaidoyer pour leur sécurité pourrait être renforcé par une série de manifestations autour de la célébration des Journées internationales contre l’impunité et la corruption.
Les participants ont aussi émis le souhait de voir le plan d’action faire l’objet de suivi et évaluation tout en le dotant de ressources adéquates pour sa mise en œuvre.
La conférence de Vienne en novembre prochain, qui devra discuter et adopter le plan d’actions de l’Unesco, devrait voir la participation de syndicats nationaux africains pour une meilleure prise en compte de leurs recommandations.
Le Soleil
d’arriver à un niveau international. Des codes de presse doivent être adoptés, là où ils n’existent pas et renforcés.

De la même façon, il revient aux associations nationales et régionales d’œuvrer à lever certaines contraintes juridiques défavorables à la pratique du métier. La Faj a exhorté ses membres à plus de professionnalisme pour gagner le respect des masses.

Les journalistes africains ont appelé à un « engagement pour une mise en place effective de ressources leur permettant, au niveau national, à célébrer certaines dates repères comme la Journée internationale de la liberté d’expression (3 mai), mais aussi que le rapport du directeur général de l’Unesco puisse tenir compte des évènements locaux qui se sont déroulés au cours de l’année ».

Le plaidoyer pour leur sécurité pourrait être renforcé par une série de manifestations autour de la célébration des Journées internationales contre l’impunité et la corruption.
Les participants ont aussi émis le souhait de voir le plan d’action faire l’objet de suivi et évaluation tout en le dotant de ressources adéquates pour sa mise en œuvre.

La conférence de Vienne en novembre prochain, qui devra discuter et adopter le plan d’actions de l’Unesco, devrait voir la participation de syndicats nationaux africains pour une meilleure prise en compte de leurs recommandations.
Le Soleil

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info