Accueil » Politique » Quand Michel Kamano accuse Mme Telliano

Quand Michel Kamano accuse Mme Telliano

«Dès que le problème s’est posé, Mme Telliano a saisi l’événement pour le politiser», déclare le Président du CES.

Michel Kamano est le Président du Conseil Economique et Social (CES). Il est ressortissant de la préfecture de Guéckédou. Une préfecture qui a connu récemment quelques jours d’échauffourées entre les habitants de la localité. Il s’y est rendu en compagnie d’autres ressortissants de cette ville afin d’aider à la restauration de la quiétude sociale.

Avant de quitter Conakry, il dit être parti dire au Président de la République «que les ressortissants, par rapport à ce qui se passe à Guéckédou, veulent aller pour aider au retour du calme. J’étais avec Edouard Fara Kamano qui est le Président des ressortissants de Guéckédou à Conakry. J’ai donc vu le Président, il m’a dit qu’une délégation gouvernementale va partir se joindre à vous ; allez-y sur le terrain. Passez dire au Premier ministre que vous y allez, comme ça vous allez coordonner sur le terrain. Parce qu’une délégation était déjà venue de Guéckédou pour me dire que ça ne va pas.

Donc, nous nous partions pour devancer la délégation gouvernementale en tant que fils du terroir pour parler à nos parents, essayer de les ramener au calme».

Sur la transformation du conflit, qui était à l’origine politique, en rixe entre deux ethnies, Michel Kamano précise: «pour les populations qui vivent ensemble depuis je ne sais pas combien de siècles, un événement comme ça ne devrait pas être « ethnisé ». C’était un problème entre un groupe de militants et citoyens et le préfet [colonel Boukary Kéita, NDLR]. Ils taxaient le préfet de ne pas employer des termes courtois à l’endroit de la population, ils le taxaient de poser des actes qui étaient très partiaux en faveur des uns et contre les autres. C’est un problème qu’on n’aurait pu régler».

Alors pourquoi n’a-t-on pas pu le régler: «dès que le problème s’est posé, Mme Telliano [épouse du leader du RDIG et ancien ministre récemment limogé, NDLR] a saisi l’événement pour le politiser. Et le RPG Arc-en-ciel a réagi. C’est devenu un problème politique. Mais, par la suite, comme la délégation du RPG Arc-en-ciel a défilé avec les effigiesdu Président, et elle était majoritairement de la communauté malinké, ils auraient tenu des propos malencontreux contre les populations communautaires locales, les populations kissi, et ces gens ont réagi également pour dire « après leur défilé, nous aussi, nous allons défiler » ».

Conséquence, selon Michel Kamano, «c’est devenu un problème qui n’est plus politique. Malheureusement, il s’est aggravé, il devient un problème ethnique: malinké et kissiens qui vivent ensemble depuis combien de temps avec un brassage incalculable, ce n’est pas possible. Aujourd’hui, c’est purement la déchéance humaine qui est arrivée à s’entretuer pour un événement comme ça».

Heureusement que le calme est revenu dans la cité suite aux différentes médiations entreprises. Toutefois, les populations continuent à exiger le départ du colonel Boukary Keïta, préfet de Guéckédou.

AfricaLog.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info